Show Less
Restricted access

Écrire l’espace des Amériques

représentations littéraires et voix de femmes amérindiennes

Series:

Rita Olivieri-Godet

Les études réunies dans ce livre mettent en évidence la contribution de la littérature à un nouvel imaginaire sur l’espace des Amériques, se traduisant par la prise en considération des cultures des peuples autochtones et la remise en question de la perspective coloniale qui perdure jusqu’à nos jours. Le choix des récits et recueils de poèmes du Brésil et du Québec (XXe et XXIe siècles) permet à Rita Olivieri-Godet de souligner les aspects géopolitiques et culturels d’un processus de transformation des territorialités autochtones à travers des textes qui témoignent des structures profondes reliant les Amérindiens à leur territoire et dévoilent la mémoire enfouie du vécu des communautés. L’étude des voix d’écrivaines amérindiennes interroge les éléments formels et thématiques d’une poétique autochtone qui participe à l’élargissement et à la reconfiguration des dimensions matérielle et symbolique des espaces des Amériques, dans le contexte pluriculturel de nos sociétés contemporaines. C’est par l’amérindianité des œuvres littéraires allochtones et autochtones –qui réclament la reconnaissance des cultures amérindiennes– que l’ouvrage rejoint la perspective de l’américanité.

Remerciements – Préface – Avant-proposViolence coloniale et dépossession territoriale : Guerra no coração do cerrado de Maria José Silveira – Les Amérindiens dans l’univers métis des romans de Jorge Amado – L’écrivain-journaliste Antonio Callado, l’arrière-pays et les « Indiens du Brésil » La fictionnalisation de l’espace amazonien : une lecture de Mad Maria de Márcio Souza – La mémoire des relations entre Canadiens français et Amérindiens dans les romans de Gérard Bouchard – Habitante irreal de Paulo Scott : non-lieu et lieu de survie – Voix de femmes dans les littératures amérindiennes au Brésil et au Québec – La dimension hybride de la voix amérindienne d’Eliane Potiguara – Graça Graúna : la poésie comme stratégie de survie – « Défaire la clôture de la réserve » : Kuessipan de Naomi Fontaine – Bleuets et abricots de Natasha Kanapé Fontaine : l’itinérance d’une parole affranchie – En guise de conclusion : déverrouiller l’imaginaire sur l’espace des Amériques.