Browse by title

You are looking at 91 - 100 of 276,026

Restricted access

Konstantinos Chatzis, Gilles Jeannot, Valérie November and Pascal Ughetto

Les infrastructures sont partout. Comme leur nom l’indique, elles supportent nos vies quotidiennes, ce sont des ponts, des aéroports, des réseaux d’eau ou d’électricité, mais aussi des câbles sous-marins et des fermes de serveurs informatiques. Alors que l’on constate, en général, un clivage prononcé entre les chercheurs qui s’intéressent aux nouvelles infrastructures (autour du numérique) et les « fidèles » des infrastructures liées de prime abord à la première et la seconde révolution industrielle, les auteurs de cet ouvrage s’inscrivent indistinctement dans les deux groupes. Certains d’entre eux s’essaient même à explorer ce qu’il advient des infrastructures classiques à l’ère du numérique. Ce rapprochement permet d’approfondir ce qu’il y a de commun dans des infrastructures variées et de discuter de la pertinence de l’extension de la notion à d’autres domaines. Il permet également de souligner certaines évolutions partagées en particulier autour de l’affirmation de l’individu et de l’émergence d’une dimension politique jusque-là souvent enterrée, comme le sont bien des réseaux d’infrastructures.

Restricted access

Le marché du travail

L’esprit libéral et la revanche du politique

Series:

Jean Vercherand

Voici plus de 40 ans qu’économistes et politiques s’échinent à faire reculer le chômage de masse, la précarité et les inégalités sociales. En vain. Dans tous les pays développés, la situation, examinée sous l’angle du chômage ou des inégalités, s’est dégradée par rapport à celle qui a prévalu durant les « Trente glorieuses ». Parallèlement, le taux de croissance économique n’a cessé de s’affaiblir en dépit d’un endettement public de plus en plus élevé.

L’ambition de cet ouvrage est de fournir une explication à cette inversion de tendance et à l’incapacité des décideurs politiques d’enrayer cette dégradation de la situation. Sur la base d’un examen attentif et comparatif de l’histoire économique et sociale des XIXe et XXe siècles, l’auteur montre que cette incapacité vient du fait que le corpus théorique dominant, sur lequel s’appuient la grande majorité des économistes, des commentateurs de l’économie et des décideurs politiques, souffre de deux lacunes majeures. L’une les empêche de comprendre comment fonctionne réellement le marché du travail ; l’autre ne leur permet pas de saisir pleinement ce qui détermine la croissance économique à long terme et quelles conséquences il en résulte pour l’emploi.

Cet ouvrage s’adresse, non seulement à tous les étudiants, chercheurs et enseignants en économie (universités, écoles d’ingénieurs et de commerce, IEP, etc.), mais aussi à toute personne soucieuse de comprendre les problèmes économiques et sociaux d’aujourd’hui (chômage de masse, inégalités, précarité, déclassements, crises, etc.).

Restricted access

Le «care», face morale du capitalisme

Assistance et police des familles en Amérique latine

Series:

Blandine Destremau and Isabel Georges

    L’Amérique latine est souvent considérée comme un laboratoire de politiques publiques, qui accompagnent le développement de formes néo-libérales de capitalisme. Après les années 2000, l’État social signe son « retour », marqué par une nouvelle génération de politiques sociales d’assistance dites conditionnelles, dans des contextes de réduction des dépenses publiques, d’extension de la marchandisation et d’intense concurrence politique.

    Cet ouvrage explore les nébuleuses d’acteurs engendrées par la mise en pratique de ces politiques, à partir d’enquêtes ethnographiques menées dans cinq métropoles d’Amérique latine. Il montre comment elles instituent une police des familles, centrée sur les femmes et fondée sur une économie morale valorisant l’éthique du care et de la responsabilité. La gestion et la répartition du travail reproductif s’opèrent par des dispositifs d’activation, d’incitations comportementales et de contrôle de proximité. Ce mode de gouvernement moral des pauvres tend à instaurer un ordre politique qui organise la reproduction sociale et économique et repose sur une division du travail entre sexes, générations et classes sociales. Il nourrit l’essor des opportunités de profit marchand et des positions d’intermédiation. Cette face morale des politiques économiques néolibérales a permis un compromis de gouvernement, qui s’est estompé.

    S’il se démarque de ce cadre général, le cas de Cuba, aux prises avec une réforme de sa politique sociale, confirme la centralité du care et des injonctions morales dans les politiques publiques.

    Restricted access

    La « zone grise » du travail

    Dynamiques d’emploi et négociation au Sud et au Nord

    Christian Azaïs and Liana Carleial

    Le présent ouvrage porte sur la dynamique des zones grises du travail. Cette notion illustre le changement de paradigme qui s’exprime dans le renouvellement de la place de l’État à un moment où l’on assiste dans de nombreux pays à sa privation de domaines relevant jusqu’alors de sa compétence.

    La notion de zone grise explicite l’incertitude et l’indétermination, propres aux situations de travail et d’emploi aujourd'hui. Elle met en exergue l’écart devenu structurel et structurant de la relation d’emploi entre les idéaux types des catégories instituées et la réalité des pratiques socio-professionnelles, variées et ne rentrant dans aucun cadre binaire. Au cours de sa trajectoire professionnelle, l’individu est confronté à des combinaisons variées de situations d’emploi et de travail, de contrats de travail aussi et à des choix multiples, que la typologie sur les figures émergentes illustre.

    Plus particulièrement, cette publication interroge les dispositifs dont se saisissent les acteurs, la façon dont le droit du travail et les formes d’organisation du travail sont génératrices d’inégalités. Sont aussi abordées les conséquences des nouvelles formes de travail sur l’organisation des travailleurs, les possibilités de négociation qui en ressortent et la question des chemins empruntés pour garantir la pérennité des droits acquis. Ces thèmes fournissent un panorama diversifié des transformations des relations d’emploi et des relations professionnelles dans des univers différenciés.

    La démarche adoptée conduit à interroger le rapport entre le public et le privé et, implicitement, le lien entre le collectif et l’individu, à une époque où l’individualisation des relations d’emploi et de travail tend à s’étendre.

    Restricted access

    La nature, l’autre «frontière»

    Fronts écologiques au Sud (Afrique du Sud, Argentine, Chili)

    Series:

    Sylvain Guyot

    Cet ouvrage a pour ambition de proposer une lecture territoriale des rapports de pouvoir et de domination des sociétés dans leur rapport à la nature. Sylvain Guyot propose ici une formulation approfondie du concept de front écologique, désignant les (re)conquêtes territoriales réalisées au nom de la nature. La mondialisation contemporaine des enjeux écologiques et de protection de la nature offre un ensemble de dynamiques propres à valider la capacité d’éclairage planétaire des fronts écologiques (ONG environnementales, OIG, protection privée de la nature, services écosystémiques, éco-tourisme, retour à la nature, etc.).

    L’auteur replace les enjeux internationaux dans leurs contextes nationaux et locaux, qu’ils soient politiques ou historiques, avec une comparaison inédite entre les trois cas sud-africain, argentin et chilien, véritables laboratoires écologiques et politiques de l’hémisphère austral.

    Restricted access

    La entonación declarativa e interrogativa en cinco zonas fronterizas del español

    Canarias, Cuba, Venezuela, Colombia y San Antonio de Texas

    Series:

    Josefa Dorta

    Los estudios de entonación de las lenguas y variedades románicas han alcanzado notoriedad gracias, en buena medida, al proyecto AMPER («Atlas Multimédia Prosodique de l'Espace Roman»). Siguiendo sus directrices, en este libro se ofrece un detallado estudio de la entonación y del acento de cinco variedades del español (canario, cubano, venezolano, colombiano y texano de San Antonio) que han sido poco o nada estudiadas desde esta perspectiva. Además, se realiza una propuesta en el marco del SP_ToBI («Spanish Tones and Break Indices») para delimitar las invariantes y variantes tonales. Los resultados son novedosos porque muestran las relaciones de proximidad y distancia prosódica entre los puntos estudiados desde tres perspectivas: la del etiquetaje fonético-fonológico, la perceptiva y la dialectométrica.

    Restricted access

    L’ivresse entre le bien et le mal

    De l’Antiquité à nos jours

    Series:

    Matthieu Lecoutre

    L’ambivalence de la relation à l’ivresse est au cœur de l’histoire. Depuis l’Antiquité, des hommes et des femmes s’enivrent en s’appuyant sur des arguments complaisants et en laissant de côté les arguments moralisateurs.

    Cet ouvrage a pour objectif de mieux comprendre cette particularité humaine qui consiste à pouvoir boire sans soif. Onze interventions scientifiques abordent les questions essentielles : Comment a-t-on justifié l’ivresse de l’Antiquité à nos jours ? Pourquoi et avec quoi s’enivre-t-on depuis l’Antiquité ? Dans quels cas l’ivresse est-elle perçue négativement au sein des sociétés ? Quelles solutions adopter aujourd’hui à l’égard des conséquences néfastes de l’alcool ?

    Les réponses ne sont jamais univoques. Les sociétés, de l’Amérique à l’Asie, de l’Afrique à l’Europe, ont toujours réfléchi à l’endroit où placer le curseur, avec plus ou moins de succès, entre fermeté et empathie envers l’alcoolo-dépendant.

    Dans cet ouvrage, des spécialistes en sciences humaines expliquent les fondements culturels, économiques et sociaux de l’ivresse et tous sont d’accord sur une solution à apporter aujourd’hui : l’éducation à la consommation.

    Restricted access

    L’empreinte anthropologique du monde

    Méthode inductive illustrée

    Series:

    Dominique Desjeux

    Quel lien peut exister entre le corps des mines en France dans les années 1960, le retournement des morts à Madagascar et la sorcellerie au Congo dans les années 1970, la grande distribution en France, les émeutes urbaines dans les banlieues, le bricolage aux États-Unis dans les années 1990, la montée de la classe moyenne chinoise, les usages du SMS en Pologne, les courses au Danemark, la crise économique de 2008 et l’émergence d’une convergence compétitive au XXIe siècle entre l’Occident et l’Asie depuis le début des années 2000, etc. ? Et pourtant tous ces éléments de la vie quotidienne des consommateurs, des entreprises, des administrations ou des citoyens sont reliés par le fil invisible de la mondialisation. Tout cela prend sens au moment où il apparaît qu’une nouvelle classe moyenne mondiale de consommateurs est en train d’émerger et de transformer l’ensemble du jeu des forces sociales qui traversent toutes les sociétés.

    Ce livre présente une méthode inductive en action, telle qu’elle a été mise en pratique pendant près de 50 ans d’enquêtes de terrain qualitatives dans les champs, les bureaux, les trains, les cuisines, les salles de bain ou les livings, et tout cela en Europe, en Asie, en Afrique, aux États-Unis et au Brésil. L’auteur promeut une nouvelle anthropologie de la modernité pour montrer que tout ce qui relève de la vie en société, du marché, de la famille ou de l’individu n’est pas observable en même temps. Il faut changer d’échelle d’observation pour les voir apparaître ou disparaître en fonction de la focale choisie. La compréhension du monde demande une connaissance mobile.

    Restricted access

    Series:

    François-Mathieu Poupeau

    L’électricité, un service public jacobin ? À rebours des idées reçues, cet ouvrage montre le rôle joué par les pouvoirs locaux dans la construction de ce qui est devenu un pilier de l’État-Providence en France, au XXe siècle. Cette influence, peu abordée dans l’historiographie, doit être mise en regard avec les origines du secteur électrique : un système sociotechnique ancré et organisé au niveau communal. Jamais effacée, cette « matrice » a façonné de manière durable la gestion du service public. Elle explique le maintien de plusieurs prérogatives locales au moment de la nationalisation (concessions de distribution, régies municipales et départementales, etc.). Elle éclaire la prise de certaines décisions après la création d’Électricité de France, en matière de redistribution sociale (soutien aux usagers domestiques) ou d’aménagement du territoire (péréquation des prix, électrification rurale). En exhumant l’action des pouvoirs locaux et de leur principale organisation représentative, la FNCCR (Fédération nationale des collectivités concédantes et régies), cette autre histoire du service public, racontée « par le bas », nuance la vision d’un État hégémonique. Elle permet aussi de mieux appréhender les mutations actuelles du secteur électrique, à l’heure où les questions de décentralisation refont surface dans les débats politiques.

    Restricted access

    L’eau et le mouvant

    Usages et représentations de l’eau dans l’œuvre de Tacite

    Yasmina Benferhat

    Quelle importance les Romains accordaient-ils à la présence de l’eau, et jusqu’à quel point celle-ci jouait-elle un rôle dans leur vie quotidienne ? C’est à ces questions que répond le présent ouvrage, en s’appuyant sur l’exemple offert par Tacite, un historien célèbre qui écrivit sous le règne de Trajan, une période particulièrement brillante pour la civilisation romaine alors à son apogée.

    En analysant en profondeur les passages de son œuvre où l’eau est présente, que ce soit dans la description de paysages plus ou moins idéaux, dans la présentation d’opérations militaires sur mer et le long de certains fleuves, dans la mise en parallèle des modes de vie des Romains et de leurs adversaires barbares, ou dans la prise en compte du rôle de l’eau dans la religion antique, ce livre se propose d’offrir à notre époque, pour laquelle l’eau devient de plus en plus un enjeu géostratégique, un point de comparaison et une matière à réflexion sur les permanences et les changements depuis vingt siècles. Que peut nous apprendre un Romain des années 100 de notre ère sur les usages de l’eau et ses représentations dans l’imaginaire collectif ?