Show Less

L’humour et l’ironie en Littérature francophone subsaharienne

Des enjeux critiques à une poétique du rire

Series:

Vincent Simédoh

Il s’agit dans cette réflexion de comprendre et de saisir les enjeux que suscite la pratique de l’humour et de l’ironie dans des situations dramatiques, déplorables voire tragiques qu’est le contexte de l’Afrique: rire pour (se) corriger, contester, sans pour autant être agressif? Dénoncer sans en avoir l’air? Est-ce une nouvelle esthétique? A travers l’analyse des œuvres qui vont des années 1958 à nos jours, à savoir celles de Mongo Béti, Ferdinand Oyono, et plus contemporaines comme celles de A. Mabanckou…, ce livre démontre comment le rire, à travers toutes les différentes formes qu’il peut prendre, à savoir la dérision, la parodie, le sarcasme, le grotesque par le biais de l’humour et de l’ironie qui sont les manifestations apparentes, est un outil à la fois de la contestation, de dédramatisation des situations tragiques, mais aussi une esthétique d’écriture en soi dans la représentation du réel, du sérieux, que ce soit au niveau social, politique ou de l’écriture elle-même qui joue à la fois sur la dissimulation, sur le carnavalesque, la polyphonie et le grotesque pour finir à une poétique du rire.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

INTRODUCTION 1

Extract

INTRODUCTION Dans L’Equation africaine de Yasmina Khadra (2011) une scène est particulièrement saisissante. Elle frappe par son irréalisme et paraît incompréhensible à première vue. A priori banale, elle est pourtant profonde de sens au regard du contraste qu’elle produit par le fait que ce soit des personnages victimes, vivant dans des conditions assez précaires voire tragiques qui manifestent de la joie en riant ensemble. Ce sont des blessés de guerre, des victimes, des personnages chassés de chez eux par la guerre civile, rassemblés dans un hôpital d’infortune au beau milieu de nulle part où s’affairent Médecins Sans Frontières : […] Ces derniers [victimes de la guerre] occupent une tente près de l’infirmerie. Ils sont une demi-douzaine de convalescents ; un vieux briscard aux yeux railleurs, deux adolescents et trois hommes plus ou moins amochés dont le trentenaire plâtré qui racontait des grivoiseries loufoques à la cantine, avant-hier. Ils sont en train de rigoler comme des fous et notre intrusion ne pondère guère leurs plaisanteries. […] (257) Le rire qui émane de ces personnages dans de telles circonstances en étonne plus d’un. C’est le cas de Kurt, personnage principal, médecin de son état et de nationalité allemande qui observe la scène et se demande : […] Ces rescapés ont-ils oublié le malheur qui les a foudroyés ou bien lui ont-ils découvert un antidote ? Je les observe et je me demande de quelles cendres ils renaissent. Il...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.