Show Less

Interventions autobiographiques des femmes du Maghreb

Écriture de contestation

Series:

Samira Farhoud

Samira Farhoud analyse dans ce livre incontournable l’importance de la contribution de l’écriture autobiographique maghrébine au développement de la littérature francophone à partir de l’œuvre d’Assia Djebar, de Sakinna Boukhedenna, de Fatiah, de Malika Oufkir et de Fatima Mernissi.
Elle examine la complexité, l’hybridité et l’hétérogénéité du « je » autobiographique. Son étude archéologique et généalogique inédite du « je » décèle la richesse du genre autobiographique pratiqué par des auteures issues du Maghreb. Elle montre comment le « je » ramasse des traditions arabo-islamique, occidentale et cosmopolite. Cet héritage de traditions méditerranéennes est observé comme un « butin de guerre » sociolinguistique et socioculturel bien qu’une « séquelle » d’un amer passé colonial. Ce « métissage » de cultures se démarque par son ambivalence. Le « je » de Djebar, Mernissi, Fatiah et Boukhedenna s’oppose au paternalisme politique au nom des femmes et des « voix des femmes invisibles. » Le « je » devient un « nous » de « sororité » («sisterhood») entre les femmes. Toutefois, le « je » de Malika Oufkir reste délimité par le nombrilisme familial (le « nous Oufkir »). Le « nous » sera diasporique et liminal sous la plume (le qalam) de Sakinna Boukhedenna. Dans sa quête d’identité, elle rejette les concepts de citoyenneté et adopte une « Nationalité : immigré(e) » et réclame une nouvelle identité, celle d’une femme arabe libre sur « le chemin de l’exil » et de l’écriture.
L’écriture autobiographique des femmes phares et élites comme Assia Dejbar et Fatima Mernissi et des écrivaines occasionnelles à l’image de Sakinna Boukhedenna, Fatiah et Malika Oufkir collaborent à la compréhension sociopolitique du Maghreb, de l’Europe et surtout de la France (l’ancien pays colonisateur) dans leur lecture et réécriture de l’Histoire (avec un grand « h »). Elles déconstruisent l’Histoire et l’autobiographie dans leur écriture et contestent les autorités paternalistes coloniales et nationales.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Dates importantes 143

Extract

Dates importantes Algérie1 14 juin 1830 Les Français débarquent en Algérie. 5 juillet 1830 Le dey d’Alger appose son sceau sur la convention qui livre Alger aux Français. 22 novembre 1832 Abd el-kader est présenté par son père aux tribus Hachem Beni-Amer. Il a 24 ans. Il proclame le premier Jihad contre les infidèles. 12 novembre 1848 L’Algérie proclamée dans la Constitution partie intégrante de la France. 14 juillet 1865 Le droit à la naturalisation sur demande est accordé aux indigènes juifs et musulmans. 24 octobre 1870 Décrets Crémieux accordent la nationalisation française aux juifs d’Algérie. 30 septembre 1878 Décret sur la colonisation, inspiré de certaines idées de Bugeaud. 1881 L’Algérie est intégrée directement à la France par le “système de rattachement.” Instauration du Code de l’indigénat qui fixe une série de pénalités exorbitantes de droit commun pour les Algériens musulmans. 26 juin 1889 Imposition de la citoyenneté française à tous les fils d’étrangers qui ne la refusent pas, hormis les Algériens musulmans, interdits de cette naturalisation automatique. Janvier 1898 Contestations antijuives à Alger, pour l’abrogation du décret Crémieux. 1912 Les musulmans sont astreints au service militaire en vertu de décrets promulgués en janvier. DATES IMPORTANTES 144 1914–1918 Vingt-cinq mille soldats appelés Algériens sont tués au cours de la première guerre mondiale. 20 juin 1926...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.