Show Less

L’ombre de l’arbre ou l’errance du rhizome

Études d’œuvres de Simone Schwarz-Bart, de Xavier Orville et de Maryse Condé

Series:

Thierry T. Gustave

Avec sa place majestueuse dans la nature et avec sa structure racinaire, arborescente et généalogique, l’arbre possède traditionnellement une symbolique importante dans le paysage identitaire. Lorsque la symbolique de l’arbre est dépossédée de ses caractéristiques et que sa structure et sa force sont menacées, elle révèle une vision tourmentée du paysage identitaire. Au niveau de son système racinaire, la symbolique de l’arbre est limitée, déstabilisée, voire déracinée de sa force, et la symbolique du rhizome offre une autre façon d’appréhender la structure généalogique. Pour dévoiler les aspects de la colonisation, Thierry T. Gustave explore la symbolique de l’arbre et celle du rhizome dans les œuvres littéraires de la Martinique et de la Guadeloupe. Son ouvrage analyse plus particulièrement la flore antillaise comme métaphore et représentation du paysage identitaire dans luie et vent sur Télumée Miracle de Simone Schwarz-Bart, Délice et le fromager de Xavier Orville, et Pays mêlé de Maryse Condé.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

À la recherche du père 144

Extract

144 partage est un lieu de rencontre et lorsqu’il se rattache à la création cet amour est destructeur. Quelques années plus tard, Berthe tombe enceinte d’Antoine et à cause de cela, Altagras met fin à cet amour partagé en mettant Berthe à la porte. Si on regarde le parcours de Berthe, on remarque que c’est une femme fragile qui vient d’une généalogie liée à l’instabilité et à la marginalité. Tout comme sa grand-mère Belle, sa mère Pourméra, Berthe se retrouve à l’extérieur de l’unité familiale : sa mère l’a rejetée et elle a été élevée dans différents mondes. Adoptée comme sa mère, dans un monde pluriel, avec une mère adoptive qui rejette sa propre illégitimité et celle de Berthe, elle représente un danger parce qu’elle comprend la folie d’Antoine et expose l’illusion de la stabilité d’Altagras. Les schémas de vie de Belle, de Pourméra et de Berthe renferment un foisonnement de multiplicités qui impliquent une base fragile, qui relie tant de familles et qui déstabilise l’avenir des Suréna. Comme le souligne Deleuze et Guattari, le rhizome remet en question l’unité centralisatrice : « Les multiplicités sont rhizomatiques, et dénoncent les pseudo-multiplicités arborescentes. Pas d’unité qui ne sert de pivot dans l’objet, ni qui se divise dans le sujet. Pas d’unité ne serait-ce que pour avorter dans l’objet, et pour « revenir » dans le sujet » (22). Sans pivot stable qui puisse permettre à la suite des filiations...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.