Show Less
Restricted access

Haïti après le tremblement de terre

La forme, le rôle et le pouvoir de l’écriture

Series:

Edited By Emmanuelle Anne Vanborre

En parallèle à la construction historique d’Haïti en tant que pays indépendant, la littérature haïtienne s’est montrée dynamique depuis plus de deux siècles. Les écrivains, poètes, artistes, créent et notent la vivacité culturelle d’Haïti. Le 12 janvier 2010, le séisme fait trembler la terre d’Haïti, fait trembler les corps et les âmes des personnes d’Haïti et d’ailleurs. Immédiatement après la catastrophe, les écrivains continuent à écrire, reprennent l’écriture, commencent à créer de nouvelles œuvres sur le tremblement de terre et ses conséquences. Plusieurs articles, récits, fictions, volumes collectifs sont publiés. La force et la vie de la littérature haïtienne continuent à impliquer les lecteurs, en éveillent de nouveaux. La misère, la douleur, la tristesse et la mort peuplent les lignes, mais la beauté, le courage, la vision et l’espoir sont également présents. Les mots essaient de contenir la complexité de la nouvelle face d’Haïti. Les mots essaient de capturer l’absence. Mais comment le témoignage est-il possible quand l’événement est une catastrophe, quand l’événement a pris la vie de tant de personnes, quand l’événement touche à la destruction et à la mort ? Ce volume s’attache à analyser les écrits qui ont trait au séisme, au rôle et au pouvoir de la littérature, à la nécessité d’écrire qui suit un tel événement traumatique. Le but est d’offrir une réflexion sur ce que peut la littérature, la fiction, ce que peuvent les mots devant le drame qui est survenu à Haïti.
Show Summary Details
Restricted access

2. Quand un tremblement de terre secoue l’écriture : regards croisés sur une catastrophe dans Tout bouge autour de moi de Dany Laferrière et Failles de Yanick Lahens

Extract



VALÉRIE DUSAILLANT-FERNANDES

University of Waterloo

Bien qu’inscrites dans l’histoire de l’homme depuis des millions d’années, les catastrophes naturelles ne cessent de nous surprendre par leur intensité, leur fréquence et leurs effets ravageurs. À ce titre, la dernière décennie nous a rappelé à quel point nous sommes fragiles et impuissants face aux phénomènes naturels. En effet, de 2000 à 2013, le nombre de catastrophes a augmenté et nous gardons tous en mémoire les désastres les plus marquants à savoir le tsunami de 2004 en Asie du sud, l’ouragan Katrina en 2005 à La Nouvelle Orléans, le séisme de 2010 en Haïti et dernièrement le typhon Haiyan aux Philippines en 2013. Premier État indépendant des Caraïbes au début du XIXe siècle, la République d’Haïti connaît en ce jour du 12 janvier 2010 les minutes les plus dévastatrices de son histoire : plus de 222 000 morts, 300 000 blessés, 45 000 mutilés, 250 000 maisons détruites, plus de 500 000 personnes déplacées vers la province (Brutus et Chalmers 69).

Dany Laferrière et Yanick Lahens sont deux auteurs haïtiens qu’on ne présente plus tant ils sont au zénith de leur carrière littéraire respective puisque leurs romans et essais rayonnent à travers toute la francophonie.1 Cela dit, comme de nombreux Haïtiens, ils ont vu de près l’ombre, la poussi...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.