Show Less
Restricted access

Haïti après le tremblement de terre

La forme, le rôle et le pouvoir de l’écriture

Series:

Emmanuelle Anne Vanborre

En parallèle à la construction historique d’Haïti en tant que pays indépendant, la littérature haïtienne s’est montrée dynamique depuis plus de deux siècles. Les écrivains, poètes, artistes, créent et notent la vivacité culturelle d’Haïti. Le 12 janvier 2010, le séisme fait trembler la terre d’Haïti, fait trembler les corps et les âmes des personnes d’Haïti et d’ailleurs. Immédiatement après la catastrophe, les écrivains continuent à écrire, reprennent l’écriture, commencent à créer de nouvelles œuvres sur le tremblement de terre et ses conséquences. Plusieurs articles, récits, fictions, volumes collectifs sont publiés. La force et la vie de la littérature haïtienne continuent à impliquer les lecteurs, en éveillent de nouveaux. La misère, la douleur, la tristesse et la mort peuplent les lignes, mais la beauté, le courage, la vision et l’espoir sont également présents. Les mots essaient de contenir la complexité de la nouvelle face d’Haïti. Les mots essaient de capturer l’absence. Mais comment le témoignage est-il possible quand l’événement est une catastrophe, quand l’événement a pris la vie de tant de personnes, quand l’événement touche à la destruction et à la mort ? Ce volume s’attache à analyser les écrits qui ont trait au séisme, au rôle et au pouvoir de la littérature, à la nécessité d’écrire qui suit un tel événement traumatique. Le but est d’offrir une réflexion sur ce que peut la littérature, la fiction, ce que peuvent les mots devant le drame qui est survenu à Haïti.
Show Summary Details
Restricted access

10. La Révolte du silence : l’œuvre de Lyonel Trouillot face au séisme de 2010

Extract



PAOLA CADEDDU

Université de Sassari (Italie)

Les intellectuels haïtiens : un engagement personnel, un choix littéraire

Le rôle des intellectuels a toujours été central dans les sociétés anciennes tout comme dans les sociétés contemporaines ; ils sont les catalyseurs à travers lesquels les pays cherchent à analyser le présent pour se projeter vers l’avenir. De même, les écrivains et tout particulièrement les écrivains engagés jouent un rôle de porte-voix auxquels confier les plaintes d’une nation entière, surtout quand nous sommes confrontés à des situations d’une dureté inouïe, qui animent les débats et prônent une réaction. C’est pour cette raison que, lorsque le 12 janvier 2010 le séisme a ravagé Haïti, le monde s’est tourné vers cette île et a demandé aux intellectuels d’exprimer leur opinion à propos de l’affreux cataclysme. Les plus sollicités ont été les écrivains, devenus pour la presse internationale les porte-parole du pays. La catastrophe, en effet, a eu le pouvoir de capter l’attention des quatre coins du monde : les journalistes ont beaucoup parlé et beaucoup écrit à propos du tremblement de terre en Haïti, mais il reste néanmoins énormément de choses à dire et sur lesquelles il faudrait s’interroger.

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.