Show Less

Poèmes et Aphorismes (1989–2015)

Series:

Giovanna

Voici enfin les œuvres poétiques de 1989 à 2015 de Giovanna. Poète et peintre flamboyante, admirée de quelques-uns des plus grands poètes et peintres du siècle, de Henri Michaux à François Rouan et Pierre Alechinsky, aux côtés d’Hervé Télémaque, de Gherasim Luca et du dernier groupe surréaliste, elle peut enfin être lue et relue, et nous aider à porter le regard le plus juste, le plus fabuleux et le plus caustique sur le monde.

L’esprit d’invention extraordinaire de Giovanna n’aurait sans doute pas été à ce point libéré si elle n’avait pas goûté au fruit du surréalisme. Aujourd’hui nous pouvons, à notre tour, goûter ses textes sans nous reporter à quelque histoire que ce soit. Car cette œuvre existe, comme existe l’œuvre des plus grands humoristes noirs, de Jonathan Swift à Leonora Carrington.

Pour Giovanna, « la poésie c’est changer la couleur de la matière grise ».

Giovanna présente ici ses œuvres dans un poème-manifeste inédit, et elles sont préfacées par Jacqueline Chénieux de sa voix à la fois critique et personnelle.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Vous n’aurez qu’à dire ...

Extract

à Jean-Michel Goutier Vous n’aurez qu’à dire à tous ces enroulés, ces pétunzés, que moi aussi, après l’avoir brisée … je me retire dans ma coquille … Vous n’aurez qu’à dire que dorénavant, sous forme de vulve de truie, je prends mes distances Vous n’aurez qu’à dire des banalités du genre qu’à défaut des autres je dois me retrouver moi-même … Vous n’aurez qu’à dire que je coupe les ponts, que je me coupe de toute rencontre, que les fantômes ont rendu leur tablier Vous leur direz que si les passerelles ont déjà sauté, je dynamiterai le sou- tènement de leur petit entendement Vous leur direz que s’ils ne rengainent pas les couplets à boire de leur vanité, ils s’exposent à un lestage de cervelle Vous leur direz que je me garderai désormais, plus que jamais, de cravacher leur satisfaction Vous leur direz que les dessins d’enfants relèvent de la plus pure des compromissions Vous leur direz que je vitriole avec éclat leurs images pieuses Vous leur direz, puisque les nègres en ont une plus grosse et les Bretons une plus dure, que ne font-ils baigner leurs pensers dans l’huile ? 24 Vous n’aurez qu’à dire ... Vous leur direz surtout qu’ils manient le concept comme on tue le cochon … Vous leur direz enfin que, s’ils ne chiaient pas dessus, le porc ne serait pas plus sale qu’un peigne Et n’oubliez pas que je vous aime ! 5 août 1989 Publié aux éditions Joca...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.