Show Less

Poèmes et Aphorismes (1989–2015)

Series:

Giovanna

Voici enfin les œuvres poétiques de 1989 à 2015 de Giovanna. Poète et peintre flamboyante, admirée de quelques-uns des plus grands poètes et peintres du siècle, de Henri Michaux à François Rouan et Pierre Alechinsky, aux côtés d’Hervé Télémaque, de Gherasim Luca et du dernier groupe surréaliste, elle peut enfin être lue et relue, et nous aider à porter le regard le plus juste, le plus fabuleux et le plus caustique sur le monde.

L’esprit d’invention extraordinaire de Giovanna n’aurait sans doute pas été à ce point libéré si elle n’avait pas goûté au fruit du surréalisme. Aujourd’hui nous pouvons, à notre tour, goûter ses textes sans nous reporter à quelque histoire que ce soit. Car cette œuvre existe, comme existe l’œuvre des plus grands humoristes noirs, de Jonathan Swift à Leonora Carrington.

Pour Giovanna, « la poésie c’est changer la couleur de la matière grise ».

Giovanna présente ici ses œuvres dans un poème-manifeste inédit, et elles sont préfacées par Jacqueline Chénieux de sa voix à la fois critique et personnelle.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Même pour un jour comme celui-ci je n’ai rien à me mettre

Extract

Même un pied dans la tombe je veux qu’on récupère mon double rang de perles aux cochons et qu’on le mêle à ma chevelure blonde Même les pieds devant je veux qu’on fixe sans me blesser mon ras de cou brillant Pour de l’au-delà faire le tour sanglez-moi de mon collier maille Singapour et pour arrondir le geste de ma main qu’on me l’orne de ma bague Pompadour ou pour m’imposer au firmament de ma bague éléphant Je me démènerais comme une forcenée si ne me mettez aux poignets bracelets maille forçat et maille alternée avec une gourmette d’identité pour tenir tête aux autorités Et peut-être y ajoutera-t-on pour m’être distinguée en crachant, anti- dote à ce venin qu’on administre aux futurs défunts, mon poison pendant l’extrême-onction Un pendentif ourson un pendentif cœur un pendentif dauphin un pendentif toucan Si je dois porter ma croix qu’elle soit d’or rose et gris et qu’on l’agré- mente aussi avec un pendentif Snoopy D’entre les boucles d’oreilles puces, boutons, perles, palmette rubis, palmette émeraude, palmette saphir Moi qui ne saurais désormais n’être rien moins que charmante fille pour appareiller mes lobes percés pincez-moi avec des boucles d’oreilles coquille ou avec une seule auréole créole Pour des obsèques nationales il y a la bague tricolore la maille marine et la maille cheval Même pour un jour comme celui-ci 89...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.