Show Less

Poèmes et Aphorismes (1989–2015)

Series:

Giovanna

Voici enfin les œuvres poétiques de 1989 à 2015 de Giovanna. Poète et peintre flamboyante, admirée de quelques-uns des plus grands poètes et peintres du siècle, de Henri Michaux à François Rouan et Pierre Alechinsky, aux côtés d’Hervé Télémaque, de Gherasim Luca et du dernier groupe surréaliste, elle peut enfin être lue et relue, et nous aider à porter le regard le plus juste, le plus fabuleux et le plus caustique sur le monde.

L’esprit d’invention extraordinaire de Giovanna n’aurait sans doute pas été à ce point libéré si elle n’avait pas goûté au fruit du surréalisme. Aujourd’hui nous pouvons, à notre tour, goûter ses textes sans nous reporter à quelque histoire que ce soit. Car cette œuvre existe, comme existe l’œuvre des plus grands humoristes noirs, de Jonathan Swift à Leonora Carrington.

Pour Giovanna, « la poésie c’est changer la couleur de la matière grise ».

Giovanna présente ici ses œuvres dans un poème-manifeste inédit, et elles sont préfacées par Jacqueline Chénieux de sa voix à la fois critique et personnelle.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

À table

Extract

Parce qu’il cherchait un dérivatif à la jalousie qui le tenaillait oh ! combien ! depuis que sa femme l’avait trompé avec un marin, un capitaine parti joyeux pour une course lointaine il s’adonnait au Calvados et faisait tourner les armoires normandes. Les soirées qu’il organisait pour mettre à la question ce marin disparu dans une mer sans fond par une nuit sans lune, dans ce morne horizon à jamais évanoui, n’avaient d’autre but que celui de faire avouer le coupable, ce qui lui paraissait légitime, en présence de sa femme légitime. Étant donné qu’on peut voir tout de suite la totale originalité que peut entraîner la situation présente, la séance peut commencer, avait-il coutume d’annoncer. Parce qu’il avait surpris, peut-on parler de flagrant délit ? l’amant de sa femme dans la penderie, ergonomie oblige, trompé jusqu’aux os, il faisait depuis tourner les armoires normandes à l’aide de petits coups d’Océano nox et de Calvados. De petits coups bien frappés à la santé du Capitaine en bordée. Un coup de Calva pour chaque « Esprit es-tu-là » ? 27 juin 1994, Inédit

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.