Show Less

Poèmes et Aphorismes (1989–2015)

Series:

Giovanna

Voici enfin les œuvres poétiques de 1989 à 2015 de Giovanna. Poète et peintre flamboyante, admirée de quelques-uns des plus grands poètes et peintres du siècle, de Henri Michaux à François Rouan et Pierre Alechinsky, aux côtés d’Hervé Télémaque, de Gherasim Luca et du dernier groupe surréaliste, elle peut enfin être lue et relue, et nous aider à porter le regard le plus juste, le plus fabuleux et le plus caustique sur le monde.

L’esprit d’invention extraordinaire de Giovanna n’aurait sans doute pas été à ce point libéré si elle n’avait pas goûté au fruit du surréalisme. Aujourd’hui nous pouvons, à notre tour, goûter ses textes sans nous reporter à quelque histoire que ce soit. Car cette œuvre existe, comme existe l’œuvre des plus grands humoristes noirs, de Jonathan Swift à Leonora Carrington.

Pour Giovanna, « la poésie c’est changer la couleur de la matière grise ».

Giovanna présente ici ses œuvres dans un poème-manifeste inédit, et elles sont préfacées par Jacqueline Chénieux de sa voix à la fois critique et personnelle.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Préfixe réflexif

Extract

Les chologues, les chanalystes et les chiâtres qui sont à ranger dans la famille des Psy ont la particularité, pour augmenter le nombre de chacune de leur confrérie, de se mettre dos-à-dos avec leur interlocuteur tout en gardant, selon qu’il sera question de partenariat ou pas, une distance plus ou moins respectueuse ce qui aura, comment dire, pour effet d’engendrer à court terme, des hapto et à long terme des thérapeutes. D’apocope en aphérèse comment expliquer que le problème qui demeure entier risque de virer à ce trouble obsessionnel compulsif* qui nous mènera tout droit à subir une analyse de face à face, c’est-à-dire une chothérapie. C’est ainsi que, sous l’emprise du préfixe psy seront prescrits pour chotiques des chotropes qui seront administrés sans la moindre nuance, sans la plus petite distinction, aux patients dits chodomatiques ou pas, ce qui ravivera, lors de ces séances frontales, de ces confrontations du blanc de l’œil, les douleurs consumantes propres à créer la multiplication de cho- pathologies où le mélo l’emportera sur le pathos et où le seul recours sera de choir dans un ennuyeux chodrame joué par de mauvais chopathes pour un parterre de piteux chanalystes. mars 2001, Inédit

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.