Show Less

Poèmes et Aphorismes (1989–2015)

Series:

Giovanna

Voici enfin les œuvres poétiques de 1989 à 2015 de Giovanna. Poète et peintre flamboyante, admirée de quelques-uns des plus grands poètes et peintres du siècle, de Henri Michaux à François Rouan et Pierre Alechinsky, aux côtés d’Hervé Télémaque, de Gherasim Luca et du dernier groupe surréaliste, elle peut enfin être lue et relue, et nous aider à porter le regard le plus juste, le plus fabuleux et le plus caustique sur le monde.

L’esprit d’invention extraordinaire de Giovanna n’aurait sans doute pas été à ce point libéré si elle n’avait pas goûté au fruit du surréalisme. Aujourd’hui nous pouvons, à notre tour, goûter ses textes sans nous reporter à quelque histoire que ce soit. Car cette œuvre existe, comme existe l’œuvre des plus grands humoristes noirs, de Jonathan Swift à Leonora Carrington.

Pour Giovanna, « la poésie c’est changer la couleur de la matière grise ».

Giovanna présente ici ses œuvres dans un poème-manifeste inédit, et elles sont préfacées par Jacqueline Chénieux de sa voix à la fois critique et personnelle.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Pour un bel Épilobe

Extract

1 Comme l’irruption d’une éruption cutanée, vivre pleinement le temps présent ? Goûter le plaisir immédiat de l’instant, le vivre intensément pour le mieux apprécier. Vivre pleinement l’instant qui nous est donné ? Vivre le présent comme un présent ? 276 Pour un bel Épilobe L’apprécier à l’aune de ce qui nous est proposé ou l’excéder ? Et quelle que soit la durée de ce présent que l’on se doit de déficeler dans l’instant ? s’y attachera-t-il assez de ce temps attenant à l’instant présent pour, si peu tentant qu’il soit, séance tenante le goûter ?  Si l’on mise tout sur la durée de ce présent que l’on se doit de décompter pour mettre à nu ce qu’il aura fallu de temps pour l’enrubanner, à la faveur du temps qui reste, pourrons-nous le goûter pleinement ce si précieux temps présent ? Et si la jouissance est infinie que devient le plaisir de l’instant ? Sollicités de toute part, quelle part accorder à l’instant présent et à quel moment prendre le recul nécessaire pour évaluer, en toute célérité s’entend, cette immédiateté qu’il n’est pas recommandé de punaiser comme un emploi du temps dont on a cure et que l’on peut bannir au même titre que les heures de loisir si l’on prend soin de garder en tête que plus le temps presse plus il donne droit à la paresse. Faut-il faire preuve de langueur pour le...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.