Show Less
Restricted access

Crowdfunding, industries culturelles et démarche participative

De nouveaux financements pour la création

Series:

Laurent Creton and Kira Kitsopanidou

La notion de participation, associée aux usages du web 2.0, est devenue une composante essentielle de l’économie numérique. Par-delà les fantasmes cultivés par les discours médiatiques sur l’économie participative et la rhétorique techno-démocratique, cet ouvrage vise à déterminer si la nouveauté des termes « crowdfunding », « finance participative », « économie contributive », « crowdsourcing », « consommation collaborative », etc., rend compte de changements majeurs et d’innovations significatives en matière de pratiques sociales, de modèles organisationnels et de logiques financières et industrielles à l’œuvre au sein des industries de la culture.
Le crowdfunding contribue-t-il au financement et à l’exposition de biens culturels plutôt en marge des logiques industrielles et du circuit commercial traditionnel, ou est-il principalement au service de l’économie de best-sellers participant d’emblée à la réduction de l’incertitude qui caractérise tous les biens d’expérience et permettant la captation très en amont d’une audience potentielle pour les projets les plus fédérateurs ?
L’ouvrage met en perspective les logiques transformatives du crowdfunding et de l’économie participative selon une approche interdisciplinaire (économie, sociologie, sciences de l’information et de la communication, droit, histoire) en se fondant sur l’étude de cas précis et sur les témoignages de professionnels issus de différents secteurs culturels et créatifs.
Show Summary Details
Restricted access

Usages du crowdfunding dans les secteurs musicaux et littéraires

Extract



Entre contrôle des expériences et expériences contrôlées

Vincent ROUZE

Le crowdfunding, mode de financement de projets par la « foule », semble être devenu une voie envisagée par de nombreux professionnels autant que par les amateurs pour valoriser des projets culturels. Selon le Massolution’s Crowdfunding Industry Report1 paru en 2012, les plates-formes américaines telles que Kickstarter et Indiegogo ont connu une croissance de 85 % et ont généré 1,4 milliard de dollars. En 2012, aux États-Unis, la musicienne américaine Amanda Palmer a lancé une collecte sur Kickstarter pour le financement de son album. Elle a récolté la somme de 1,2 million de dollars auprès de 24 883 donateurs. En France, les succès médiatisés des chanteurs Grégoire ou Irma ont entériné ces cas marginaux comme les figures de nouvelles manières de financer la musique. Des plates-formes musicales de crowdfunding telles que Pledgemusic renforcent ce constat en s’affirmant être « The new business of making music ».

Par ailleurs, ces modalités de financement de la création et plus encore de la « créativité » et de « l’innovation » suscitent l’intérêt des institutions publiques. Qu’il s’agisse du rapport Colin et Colin (2013), des plans de relance numériques en France, du projet écossais « Mareel » dans les îles Shetland, nombreux sont les acteurs politiques qui voient dans ce phénomène une nouvelle voie de financement et de...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.