Show Less
Restricted access

L’éthique de la libération d’Enrique Dussel

Penser l’altérité et l’utopie à partir du contexte latino-américain

Series:

Berthony Saint-Georges

L’ouvrage présente d’abord l’éthique de la libération du philosophe argentin, Enrique Dussel, et la situe dans le courant de la philosophie latino-américaine. Il en retrace ensuite les étapes de construction à travers son dialogue avec la tradition occidentale, en particulier Marx, Levinas, Rorty, Habermas, Ricœur et Apel, mais également Kant et Heidegger. C’est le dialogue avorté avec Apel comme figure d’une éthique universaliste fondée sur la délibération qui constitue le tournant de la démarche. Dussel ressort de cet échange convaincu de la pertinence de son principe matériel nécessaire à la fondation d’une éthique qui résiste à l’exclusion des sans voix produite par le principe de raison universelle. L’éthique doit accepter son incomplétude matérielle de principe et renvoyer constamment à l’impossible communauté avec les victimes dont elle procède toujours. De cette manière, elle ouvre la voie à une politique de la justice, seule capable d’entreprendre le chemin commun auquel aspire l’éthique de la libération.

Show Summary Details
Restricted access

Postface

Extract



par Étienne GANTY

Professeur émérite de philosophie à l’Université de Namur,Professeur à l’Institut de philosophie du Centre Bonó (Santo Domingo)

La philosophie de la libération d’Enrique Dussel constitue-t-elle une œuvre originale dans laquelle se dévoilerait une manière spécifiquement latino-américaine de philosopher ? Le dialogue constant que le philosophe argentin a noué avec la philosophie européo-occidentale autorise-t-il d’y reconnaître l’émergence d’une pensée riche en véritables universaux au même titre que la tradition de pensée issue du logos grec et des Lumières ? Comment la prétention à l’universalité peut-elle être honorée par une pensée qui, venant de l’Amérique latine, entend revendiquer son identité ? Suffit-il de faire entendre la voix des peuples issus de la « périphérie » pour faire valoir sa spécificité au sein de l’espace philosophique européo-centré ? Ces questions, qui s’inscrivent dans la problématique plus large du dialogue interculturel, Berthony Saint-Georges a choisi de les traiter par le biais du long débat qui eut lieu entre l’éthique discursive de la responsabilité de Karl-Otto Apel et l’éthique de la libération d’Enrique Dussel.

La démarche a le mérite de prendre en considération les grandes théories économiques qui, autour des années 1970, ont analysé l’expansion coloniale, non seulement économique et politique, mais aussi culturelle et intellectuelle ; c’est la discussion des thèses de Wallerstein concernant la « différence coloniale », occult...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.