Show Less
Restricted access

Le groupe Empain en France

Une saga industrielle et familiale

Series:

Caroline Suzor

Le Belge Édouard Empain obtient en 1898 la concession du Métro de Paris, qu’il construit et exploite. Pour alimenter son Métro en énergie, Empain devient producteur d’électricité et fonde la Société d’électricité de Paris. Déjà présent en France depuis les années 1880, le groupe Empain ne cesse dès lors plus de croître dans ce pays. Fleurons d’un empire industriel de dimension mondiale, ses entreprises comptent parmi les plus importantes du paysage économique français.

La croissance du groupe Empain en France relève d’une saga à la fois industrielle et familiale. Trois générations se succèdent : un grand industriel européen, visionnaire et innovateur ; son frère ; ses fils. Des personnages hauts en couleur, très différents, reliés pour le meilleur et pour le pire par le sang et l’argent.

Cette histoire, dévoilée de l’intérieur et jusqu’alors mal connue, a été enfouie dans la mémoire nationale sous les décombres de la Troisième République et éclipsée après Seconde Guerre mondiale par la nationalisation de l’électricité et la municipalisation du Métro.

Show Summary Details
Restricted access

Introduction

Extract



À la fin du 19e siècle, la Belgique, pays jeune, est l’un des plus développés d’Europe occidentale. Le royaume est prospère. Le capitalisme moderne s’est imposé. Certaines grandes entreprises, qui deviendront au 20e siècle les fleurons du capitalisme européen, ont été fondées par des entrepreneurs audacieux, qui ont fait fortune. Cette richesse est la conséquence de la révolution industrielle, basée sur le charbon et la sidérurgie, qui est apparue très tôt en Belgique. Le Chant des Wallons, composé en 1899 par Théophile Bovy met justement à l’honneur ces industriels, que « le monde entier admire » et grâce auxquels la Wallonie «surpasse (…) de plus grandes nations. »1

Un siècle plus tard, en 1995, l’Institut Jules Destrée fait choisir, par des représentants du monde de la culture, de l’art, de la science, du sport, de l’économie et du secteur social, les cent personnalités représentatives des succès de la Wallonie au 20e siècle. Parmi les cent Wallons du siècle, logiquement, un certain nombre de ces industriels qui ont fait la richesse du pays. Parmi eux, un autodidacte, ami de deux rois, bâtisseur de projets immenses en Belgique, en France, au Congo, en Égypte, en Chine, en Russie, un de ceux qui ont fait la grandeur et la richesse de la Belgique bien au-delà de ses frontières, un de ceux qui constituent la bourgeoisie triomphante du 20e...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.