Show Less
Restricted access

Mémoires de conflits, mémoires en conflits

Affrontements identitaires, tensions politiques et luttes symboliques autour du passé

Series:

Edited By Olha Ostriitchouk

Cet ouvrage part du postulat que le degré d’effervescence mémorielle est proportionnel au degré de violence subie dans le passé ou de silence imposé et perçu comme une injustice non réparée. Les mobilisations mémorielles autour d’un devoir de mémoire prennent souvent la forme violente de « guerres de mémoire ». Leur violence symbolique (ou autre) est en corrélation avec la violence des conflits passés : violence résultant de la conquête de territoires, violence politique des régimes dictatoriaux, violence des vainqueurs envers les vaincus, violence des empires à l’égard de leurs sujets, violence de guerres civiles et de luttes de libération nationale… Querelleuses, les mémoires de conflits alimentent des tensions politiques, susceptibles de déclencher de nouveaux conflits.

Comment ces revendications à caractère purement mémoriel deviennent-elles un enjeu de lutte sociale et politique ? Quelle est l’attitude de l’État face aux visions alternatives, non officielles du passé ? Ces dernières parviennent-elles toujours à modifier le paradigme du grand récit national ? À quelles conditions peut-on arriver à un apaisement mémoriel durable ? Quelles sont les stratégies pour le rapprochement entre deux nations, autrefois belligérantes, ou pour la recherche d’une cohésion au sein d’une société divisée ? Un devoir de mémoire ne devrait-il pas s’accompagner d’un devoir de vérité pour toutes les parties impliquées dans le conflit ? C’est à ces questions, d’ordre d’abord éthique, que tentent de répondre les auteurs de cet ouvrage.

Show Summary Details
Restricted access

Histoire commune, mémoires plurielles : quelques réflexions sur la conception d’un manuel d’histoire polono-allemand

Extract



Violetta Julkowska

Professeur agrégé à l’Université Adam Mickiewicz

Polonais et Allemands ont une histoire commune sur laquelle ils ont longtemps porté un regard divergent. S’ils veulent se comprendre et transmettre une version unifiée de cette histoire acceptable pour tous, ils doivent s’en donner les moyens. Dans cette perspective, la rédaction commune d’un manuel d’enseignement de l’histoire, destiné aux générations futures et associant, de façon complémentaire, l’histoire et la mémoire, pouvait être un premier pas dans cette direction. C’est à cette tâche qu’a été dédiée un projet lancé en mai 2008 selon un accord conclu entre les ministres des Affaires étrangères et les représentants accrédités de l’éducation des deux pays, à une époque où la volonté politique en faisait même un devoir. Les travaux ont duré deux ans débouchant sur une publication bilingue autour de trois composantes : l’historique de la conception du manuel, la forme générale du contenu et les recommandations des auteurs à ses usagers. La conception d’un tel manuel était cependant un défi de taille : comment raconter l’histoire commune d’une seule voix, sans en perdre le sens et sans renoncer aux mémoires plurielles qui s’y rattachent ?

Les étapes de la réalisation du projet

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.