Show Less
Restricted access

Cartographies littéraires du Brésil actuel

Espaces, acteurs et mouvements sociaux

Series:

Edited By Rita Olivieri-Godet

Cette cartographie de la production littéraire brésilienne actuelle révèle des dynamiques spatiales originales, en rapport avec l’émergence de nouveaux acteurs et mouvements sociaux, et donne une vision panoramique des tendances de cette production tout en scrutant chacun des éléments qui participent à la définition de ses contours.
Les différentes études visent à préciser les mutations thématiques et formelles qui inaugurent de nouveaux enjeux esthétiques et repositionnent le discours littéraire dans ses façons de voir, d’évoquer et d’interpréter des espaces, des acteurs et des mouvements sociaux. De quel(s) Brésil(s) cette production parle-t-elle ? Quelles images du Brésil saisit-elle et engendre-t-elle ? Quels paysages réels et imaginaires privilégie-t-elle du Brésil ? À quelles modalités thématiques et formelles a-t-elle recours pour dire et (re)signifier le présent ? De quelles stratégies particulières la littérature brésilienne dispose-t-elle pour intervenir dans le discours social de son temps (inscription, dialogue, transgression de la convention sociale) ?
Centrée sur les rapports entre faits sociaux et pratiques discursives d’une part et l’imaginaire de l’espace brésilien d’autre part, cette cartographie littéraire du Brésil offre ainsi au public de langue française un témoignage de la diversité et du bouillonnement qui caractérisent aussi bien le domaine de la création que celui de la critique littéraire brésilienne.
Show Summary Details
Restricted access

Chico Buarque et le Brésil

Extract



Ana Maria CLARK PERES*

Université fédérale de Minas Gerais

La brésilianité1 de Chico Buarque est constamment soulignée par ceux qui étudient son œuvre. Fabiane Batista Pinto, par exemple, déclare que sa chanson Paratodos [Pourtous] est une « attestation d’authenticité de sa condition brésilienne […] un ravissement pour sa nation »2. Graziela Salomão (2004) rappelle que le compositeur « a déjà été considéré “unanimité nationale” […] et “la voix des exilés brésiliens”. Aujourd’hui, il est “seulement” une référence obligatoire dans toute citation de la musique brésilienne à partir des années 1960 et a été élu […] musicien brésilien du siècle »3. Fernando de Barros et Silva (2004) le résume ainsi : « Il n’est pas nécessaire d’insister sur l’importance de Chico Buarque pour la culture brésilienne. […] Il est peut-être le seul compositeur ou écrivain contemporain dont on peut dire que l’histoire du Brésil, de 1964 à aujourd’hui, traverse son œuvre »4.

Au début de sa carrière, tout indique que Chico Buarque était en quête d’une identité nationale (du moins c’est ce que pensent beaucoup de ceux qui se penchent sur son œuvre). À titre d’exemple, la chanson A banda ← 107 | 108 → [La fanfare] (1966), saluée de la manière suivante par le poète Carlos Drummond de Andrade :

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.