Show Less
Restricted access

À l'écoute des poèmes : enseigner des lectures créatives

Series:

Edited By Nathalie Brillant Rannou, Christine Boutevin and Gersende Plissonneau

Depuis le colloque de Marseille « Enseignement & Poésie » en 1993, l’écoute des poèmes, les façons de les considérer, de les lire et de les étudier, ont donné lieu à de nombreuses expérimentations et à l’émergence de réflexions critiques quant à leur didactisation. L’édition poétique contemporaine, l’action culturelle, les pratiques pédagogiques ainsi que la réflexion des enseignants et des chercheurs dans toute la francophonie ont suffisamment cheminé pour qu’une mutualisation des travaux en cours s’impose.

Or l’enjeu de la recherche universitaire tient moins à la récapitulation de « bonnes pratiques enseignantes » qu’à l’analyse des phénomènes de réception des poèmes, des protocoles créatifs et des conditions qui en permettent l’accès aujourd’hui. L’oralisation poétique revisitée, tout particulièrement, engage des expériences de lecture à la fois sensibles, émancipatrices et réflexives.

Le présent volume rassemble des contributions d’origines géographiques et méthodologiques diverses, consacrées à la réception et à l’enseignement de la poésie de la maternelle à l’université. L’objectif des auteurs, en tant que poètes, chercheurs, enseignants, est de contribuer à la formation de lecteurs créatifs et disponibles à l’évènement de lecture des poèmes.

Show Summary Details
Restricted access

Les voix de traverse (l’essai à l’écoute du poème) (Denise Brassard)

Extract

← 128 | 129 →

Les voix de traverse (l’essai à l’écoute du poème)

Denise BRASSARD

Université du Québec à Montréal

L’école assure le seul contact que la plupart auront avec des poèmes ; elle n’apprend pas à les lire mais à les « expliquer ». Il faudrait montrer comment ils sont faits, comment on peut en jouir, plutôt que leur substituer des gloses.

Robert Melançon1

Lorsque je me suis intéressée à l’œuvre de Fernand Ouellette, ce poète monumental de la modernité québécoise dont les démarches intellectuelle et spirituelle sont de la plus haute exigence, sa poésie m’a d’abord paru abstraite, difficile d’accès, alors que je sentais avec l’essayiste de profondes affinités ; j’étais chez moi dans sa pensée et auprès de sa famille spirituelle. Ainsi est-ce par lui, et en particulier par le biais de ses essais, que j’ai approché Hölderlin, Novalis, Bonnefoy, et combien d’autres poètes essayistes qui ont marqué la tradition littéraire occidentale. C’est par cette fréquentation d’un prosateur pour qui essai et poème vont de pair que j’ai pu entrer dans un univers poétique aussi exigeant, et bientôt l’apprivoiser.

Je ne savais pas alors que ce que je découvrais devait m’ouvrir à ma propre pratique en transformant ma conception de la poésie, laquelle ne m’apparaîtrait bientôt plus comme la fulgurance du matin, mais...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.