Show Less
Restricted access

Mutations de société et réponses du droit

Perspectives franco-asiatiques comparées

Series:

Edited By Sagyngaliy Aidarbayev, Pierre Chabal and Zhuldyz Sairambaeva

Ces colloques Asie–Europe consacrés aux approches juridiques et politiques permettent de comparer des systèmes différents sans d’abord en maîtriser toutes les nuances changeantes. Leur parti-pris est de faire se rencontrer des collègues de trois pays ou pays d’Eurasie (Kazakhstan, France, Corée, bientôt Chine et Russie) et les laisser dialoguer en tant que spécialistes de ‘leur’ système nationale pour faciliter les comparaisons.

De ces initiatives construites, il ressort deux éléments. Malgré les certitudes chez certains Européens que le droit communautaire de l’UE est unique en son genre, le droit régional n’est qu’un genre de droit international. Malgré les difficultés pour les centrasiatiques dans leur transition postsoviétique d’imaginer un droit transfrontières, il existe un besoin de gestion commune des progrès juridiques de construction de cette partie de l’Asie.

Il est délicat d’éviter la tentation de voir des « modèles » à tirer de tel ou tel système politique ou juridique. La tentation inverse est de rejeter un système comme transposable parce que trop différent. Cet ouvrage montre qu’il faut connaître les caractéristiques des autres solutions adoptées pour s’en inspirer, mieux comprendre, voire améliorer, un appareil institutionnel et normatif, issue autant de l’histoire d’un pays que des influences reçues.

Ces colloques et les publications qu’ils engendrent illustrent un ingrédient de la coopération universitaire internationale : le facteur humain. Des rencontres professionnelles, lorsqu’elles trouvent un écho encourageant et une confiance sincère de la part de collègues altruistes et généreux, aboutissent toujours. Nul obstacle ne peut venir à bout du patient dévouement et de l’enthousiasme qui pousse à croire que c’est à leur éthique que l’on reconnait les hommes et les femmes de bonne volonté.

Il existera bientôt, n’en doutons pas !, de multiples entreprises comparatistes entre les multiples sous-régions du continent eurasiatique. Nous sommes heureux d’avoir eu la chance de faire partie des pionnières envolées et des premières réussites !

Show Summary Details
Restricted access

Conclusion. Des facteurs essentiels influençant le nihilisme du droit au Kazakhstan (Yesbol Omirzhanov)

Extract

← 270 | 271 →

Conclusion

Des facteurs essentiels influençant le nihilisme du droit au Kazakhstan

Yesbol OMIRZHANOV

Université Nationale Kazakhe al-Farabi

La société kazakhstanaise a de nos jours une vision nouvelle du droit. Sa perception du droit général ouvre la voie à une évolution nihiliste envers le système juridique du pays.

Ce nihilisme n’est pas compris par la société comme un outil positif de la relation entre elle et le droit mais comme la négation du droit. Cela conduit à ne pas respecter les règles de droit, à commettre des crimes. Un cercle vicieux pousse le régime à faire du droit un droit politique et à le « fixer » comme tel.

La calme et l’ordre public dans une société résultent d’abord de la perception de ses membres. Le succès de l’État, ses actions positives, dépendent du droit de sa société. Tout État a besoin d’élever la culture juridique de la société : diffuser des informations juridiques, faire appliquer les règles du droit par les membres de la société et ne pas recourir d’abord à une méthode répressive pour ce faire.

La teneur du nihilisme aujourd’hui est de réduire à rien l’importance du droit sociétal, ne pas respecter les lois, etc. L’indifférence, le mépris, le manque de confiance en les organes d’État à divers niveaux, tout cela est, de la part...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.