Show Less
Restricted access

Puissances émergentes et sécurité internationale : une nouvelle donne ?

Une perspective pluridisciplinaire sur la puissance et l'émergence sur la scène internationale

Series:

Edited By Delphine Deschaux-Dutard and Sabine Lavorel

Cet ouvrage vient enrichir la réflexion sur les puissances émergentes (en dépassant le seul cadre des BRICS pour intégrer des puissances telles que l’Iran) en soulevant des questions peu fréquentes, voire inédites, quant à leur rôle dans la recomposition des relations internationales contemporaines. À travers des communications pluridisciplinaires relevant du droit international, des relations internationales ou de la géopolitique, il s’agit de s’interroger sur la notion de puissance aujourd’hui. Dans cette perspective, les auteurs analysent les attributs des puissances émergentes en matière de sécurité internationale. Mettent-elles en place des réformes dans leurs ressources militaires en vue de devenir des acteurs à part entière de la sécurité internationale, ou optent-elles plutôt pour des stratégies de coopération visant à forger des alliances entre puissances émergentes ainsi que traditionnelles (telles que la France ou le Royaume-Uni) ? Ont-elles vocation à prendre en charge la sécurité régionale dans leur sphère d’influence ? Manifestent-elles des velléités d’expansion comparables à celles des puissances traditionnelles ? Ces questionnements visent à offrir un cadrage général autour de la notion de puissances émergentes, et s’appuient sur de nombreuses études de cas.

Show Summary Details
Restricted access

Conclusion générale. Construire la géopolitique du futur et les puissances émergentes (Ian Roberge)

Extract

| 285 →

Conclusion générale

Construire la géopolitique du futur et les puissances émergentes

Ian ROBERGE

Professeur de science politique - Collège Glendon, Université York (Canada)

Les relations internationales sont bien ancrées dans l’étude du présent, et plus souvent qu’autrement, du passé. Les recherches dans ce domaine ont comme but de comprendre de façon objective la réalité telle qu’elle est, ou qu’elle a été. En demeurant dans le présent, ou en tentant de tirer les leçons du passé, les limites des études en relations internationales sont mises en évidence. Dans ce chapitre, nous prenons pour acquis que la recherche doit générer des connaissances qui aident à la prise de décision. Pour ce faire, elle ne peut pas être cantonnée dans l’étude du présent, ou du passé. La décision reflète une conception, plus ou moins organisée, du futur ; les décisions sont prises, consciemment ou non, en fonction de ce qui est à venir, ou de la perception qu’ont les acteurs des futurs possibles. Pour orienter la décision, les relations internationales doivent, donc, tenir compte des futurs potentiels. La recherche doit permettre la réflexion sur les options disponibles, les effets escomptés et les conséquences plus pernicieuses de l’action. La décision reflète le futur anticipé, voir espéré, sur lequel, force est d’admettre nous n’avons que des connaissances très...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.