Show Less
Restricted access

Ces Chrétiens qui ne croyaient pas en Jésus-Christ

Un Christianisme appelé « Géométrie » au Moyen Âge

Series:

Jean-Pierre Van Halteren

Le christianisme celte, les origines de la franc-maçonnerie ou certains rites inexplicables chez les Templiers sont autant de questions restées sans réponse jusqu’ici, auxquelles se heurte notre compréhension du Moyen Âge.

Ce livre propose d’apporter des solutions à ces difficultés à la lumière des traditions qui faisaient de Jésus-Christ « simplement un homme », héritées de la première communauté judéo-chrétienne de Jérusalem dirigée par le frère de Jésus.

L’auteur montre comment cette hérésie a pu traverser les siècles jusqu’au Moyen Âge. Pour les uns elle était l’héritière de la foi chrétienne originelle, pour les autres elle permettait de réconcilier la religion du Christ avec la raison et la logique.

Il apparaît alors que les traditions issues de cette foi dissidente se retrouvent dans les manuscrits fondateurs de la franc-maçonnerie médiévale, ce qui pourrait éclairer d’un jour nouveau tant les origines de la franc-maçonnerie que celles de la religion celtique, ou encore la genèse du rite – reconnu bien réel – du crachat sur la croix chez les Templiers, ainsi que le symbolisme très particulier de certaines cathédrales du Moyen Âge.

Show Summary Details
Restricted access

Chapitre 3. Paul et les excès de la nouvelle orthodoxie

Extract

Chapitre 3

Paul et les excès de la nouvelle orthodoxie

3.1 Un autre groupe de disciples

À côté de la communauté de Jacques qui voyait en Jésus un homme ordinaire apparaît très tôt un autre groupe de partisans de Jésus souvent appelés Nazoréens : des Juifs ayant interprété la réapparition de Jésus après la crucifixion comme un miracle qui était l’expression d’une faveur divine toute particulière, en quelque sorte une confirmation de tous les efforts que Jésus avait faits pour convaincre le peuple qu’il était le roi-messie qui sauverait le peuple juif, comme annoncé par les prophètes. C’est vraisemblablement parmi ces Nazoréens que devaient se trouver ceux que le livre des Actes des Apôtres désigne sous le nom d’Hellénistes, des Juifs de culture grecque. Il est surprenant que ces Hellénistes, bien que fervents disciples de Jésus, n’apparaissent nulle part dans les évangiles. Ce silence conduit à les situer parmi les disciples que Jésus a rassemblés autour de lui après la crucifixion, ces « plus de cinq cents frères à la fois »1 cités par Paul dans sa 1re Épître aux Corinthiens.

L’entente des Hellénistes avec le groupe de Jacques est mauvaise : « Les Hellénistes se mirent à récriminer contre les Hébreux »2 dit le Livre des Actes des Apôtres à propos d’une dispute sur le service à table,...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.