Show Less
Restricted access

Ces Chrétiens qui ne croyaient pas en Jésus-Christ

Un Christianisme appelé « Géométrie » au Moyen Âge

Series:

Jean-Pierre Van Halteren

Le christianisme celte, les origines de la franc-maçonnerie ou certains rites inexplicables chez les Templiers sont autant de questions restées sans réponse jusqu’ici, auxquelles se heurte notre compréhension du Moyen Âge.

Ce livre propose d’apporter des solutions à ces difficultés à la lumière des traditions qui faisaient de Jésus-Christ « simplement un homme », héritées de la première communauté judéo-chrétienne de Jérusalem dirigée par le frère de Jésus.

L’auteur montre comment cette hérésie a pu traverser les siècles jusqu’au Moyen Âge. Pour les uns elle était l’héritière de la foi chrétienne originelle, pour les autres elle permettait de réconcilier la religion du Christ avec la raison et la logique.

Il apparaît alors que les traditions issues de cette foi dissidente se retrouvent dans les manuscrits fondateurs de la franc-maçonnerie médiévale, ce qui pourrait éclairer d’un jour nouveau tant les origines de la franc-maçonnerie que celles de la religion celtique, ou encore la genèse du rite – reconnu bien réel – du crachat sur la croix chez les Templiers, ainsi que le symbolisme très particulier de certaines cathédrales du Moyen Âge.

Show Summary Details
Restricted access

Appendice 2. Une clé de voûte compagnonnique dans la cathédrale des Saints Michel et Gudule à Bruxelles

Extract

Appendice 2

Une clé de voûte compagnonnique dans la cathédrale des Saints Michel et Gudule à Bruxelles

La cathédrale de Bruxelles, dédiée aux Saints Michel et Gudule, fut construite aux 14e et 15e siècles. De style gothique, elle comporte deux tours occidentales suivant en cela le plan de l’église romane du 11e siècle qui la précéda au même endroit. Les différents étages à l’intérieur des tours sont des espaces vides jonchés de débris et ne présentent aucun intérêt architectural. Il n’en va pas de même de la salle la plus élevée de la tour sud : cette grande et belle salle, située juste sous les cloches, est éclairée par une fenêtre et son plafond est constitué de deux hautes et belles ogives.

Au croisement de ces ogives la clé de voûte attire immédiatement l’attention : on y voit une étoile à 5 branches entourée des quatre lettres A, G, H et I (voir illustration 12), une représentation à caractère sans doute ésotérique dont le sens nous échappe. Mais il y a plus, prise en photographie et agrandie, la lettre A change d’aspect : la barre du A prend la forme d’une sorte de petite équerre dont les branches s’entrecroisent, fort curieusement, dessus dessous avec les jambes du A semblables aux branches d’un compas. Cet entrecroisement est caractéristique du symbole de l’...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.