Show Less
Restricted access

Quand les écrivains font leur musée ...

Series:

Edited By Catherine Mayaux

Les travaux rassemblés dans cet ouvrage étudient la représentation ou l’imaginaire muséographique d’écrivains de la fin du XIXe siècle à l’époque contemporaine. Ils interrogent la manière dont la réflexion sur le musée croise les préoccupations d’un écrivain et interagit avec sa création. Selon quelles lignes de force un écrivain invente-t-il de toutes pièces une forme muséographique ou reconfigure-t-il le musée qu’il a parcouru ? Comment parfois défait-il symboliquement l’institution muséale que ses références ou ses caprices rendent tout à coup plastique et délégitiment de sa forme académique? Comment encore nourrit-il son imagination créatrice d’œuvres muséales et (re)crée-t-il son musée par les mots, mots puissamment vivants dans l’esprit du lecteur soumis à tous les pouvoirs de l’ekphrasis et des tropes métamorphiques du réel ? Comment la littérature travaille-t-elle à une autre forme de patrimonialisation de l’art, à l’élaboration d’une autre histoire de l’art, qui déjoue les académismes historiques et les contraintes institutionnelles ? Telles sont les questions auxquelles répondent les études proposées, à partir d’exemples variés d’auteurs majeurs des XIXe et XXe siècles.

Show Summary Details
Restricted access

Le musée hollandais de Paul Claudel (Catherine Mayaux)

Extract

| 83 →

Le musée hollandais de Paul Claudel1

Catherine MAYAUX

Université de Cergy-Pontoise

Cette pupille au centre d’un œil bleu […], un éclair décoché par l’âme. Paul Claudel, IPH, p. 183

L’Introduction à la peinture hollandaise qui ouvre le recueil L’Œil écoute2 de Paul Claudel constitue un musée de mots construit a priori selon une libre fantaisie interprétative et cultive à l’envi les effets de trompe-l’œil qui aiguisent la perplexité du lecteur-spectateur. Les conditions mêmes de l’énonciation construisent l’illusion d’une visite guidée : Claudel, en effet, écrit son texte en vue d’une conférence prononcée à La Haye en novembre 1934. Aussi l’actualisation des tableaux passe-t-elle par une attention tournée vers un public, ce dont témoigne au plan rhétorique toute une série de formulations pragmatiques. Claudel endosse le rôle du guide de musée en mimant verbalement jusqu’aux déplacements du groupe des visiteurs dans les différentes salles : « Poursuivons ! » (p. 174), « On traverse d’abord la salle des honnêtes et sévères De Bray, et l’on arrive dans une autre […] », « Allons plus loin » (p. 186), « Une porte de plus à franchir, et, saisis, nous nous arrêtons au milieu de la dernière salle » (p. 187) : les visiteurs viennent figurer à l’intérieur du texte les ← 83 | 84 → catéchumènes dont il importe de former le regard, sinon plus… Le procédé implique l’auditeur dans le discours du commentateur...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.