Show Less
Restricted access

Les Européens : ces architectes qui ont bâti l’Europe

Series:

Edited By Olga Medvedkova

Ce volume réunit douze études de cas : des vies d’architectes européens, écrites par des historiens de l’art et de l’architecture allemands, espagnols, français, italiens, russes, suédois. Il s’agit d’architectes qui, nés et éduqués dans une culture, héritiers d’une ou plusieurs traditions nationales, ont travaillé à l’étranger, au sein d’une autre culture, en y apportant des éléments nouveaux. Ou encore de ceux qui vécurent leurs années de voyage comme une véritable expatriation. Ces architectes transfuges, cosmopolites, créateurs de confusions stylistiques qui posent tant de problèmes aux historiens de l’art et rompent les schémas des écoles nationales, furent en grande partie responsables de la création de l’Europe architecturale, architecturée et architecturante bien au-delà de ses propres limites. L’existence de cette « Europe architecturale » est l’hypothèse générale proposée ici. L’européanité de ces architectes italo-français ou italo-russe, franco-suédois ou hispano-mexicain, fut tantôt délibérée, exigée par le commanditaire ou la communauté d’accueil, tantôt une conséquence de leur vie comme ensemble de circonstances. Telle une réaction au besoin d’adaptation, cette dernière, complète ou partielle, a souvent donné lieu à une création inédite. Comment étudier, comprendre, décrire, classer leurs œuvres ? Pourrions-nous, en nous fondant sur ces cas, ébaucher une nouvelle histoire de l’architecture européenne ?

Show Summary Details
Restricted access

Sebastiano Serlio et Francesco Primaticcio. Deux architectes bolonais à la Cour de France (Sabine Frommel)

Extract

← 40 | 41 →

Sebastiano Serlio et Francesco Primaticcio

Deux architectes bolonais à la Cour de France

Sabine FROMMEL

Les deux architectes dont il est ici question ont donné des impulsions fondamentales pour le renouveau architectural en France à la Renaissance. L’énorme laboratoire qu’était le château de Fontainebleau joue un rôle central au sein de ce phénomène. Après le retour de François Ier de sa captivité à Madrid en 1527, la forteresse médiévale fut progressivement transformée en une demeure moderne1 (fig. 2). Dès 1533, Primatice déploya son activité notamment dans le domaine de la décoration intérieure alors que Serlio rejoignit le château en automne 1541 en tant qu’architecte et théoricien2 (fig. 1a, b). Le fait que les deux soient nés à Bologne et y reçurent une première formation est significatif puisque cette ville fut le foyer d’une vague importante de migration d’architectes et d’ingénieurs3. Cette diaspora était favorisée par l’Université, la plus ancienne d’Europe, qui encourageait le dialogue entre les sciences et les arts et promouvait une osmose permanente entre les sciences humaines et les disciplines techniques. La faculté de droit, l’une des colonnes vertébrales de l’Alma Mater Studiorum, eut une forte influence sur les autres disciplines. Des méthodes comme la glose, fondée sur une interaction efficace entre image et texte, eurent ainsi des répercussions sur les traités d’architecture, à l’instar de...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.