Show Less
Restricted access

Dessillement numérique

Énaction, interprétation, connaissances

Series:

Maryvonne Holzem and Jacques Labiche

Cet essai présente la recherche chemin faisant de deux auteurs de disciplines différentes : linguistique et reconnaissance de formes. Il tisse leur réflexion à partir d’un questionnement commun : qu’est ce qu’interpréter ? Comment s’approprier des connaissances à partir de documents ? Le numérique peut-il y aider ? En s’appuyant sur plusieurs projets de recherche, les auteurs conçoivent une plateforme informatique qui donne le rôle principal à la créativité de l’utilisateur.

Adossé à la sémantique textuelle et à l’approche énactive, cet ouvrage tente un dessillement qui prenne le contre-pied des évidences ontologiques. Il rejette une vision réductionniste de l’humain issue du computationalisme et d’une approche managériale de la révolution numérique. Pour penser les interactions usager-plateforme, il articule la phénoménologie dans sa dimension sémiotique à l’herméneutique philologique appliquée à un corpus juridique.

La question du sens et de son advenue sous-tend ce travail qui participe des sciences de la culture et ainsi s’ouvre à une réflexion éthique et politique comme le souligne François Rastier dans la préface.

Show Summary Details
Restricted access

Chapitre I. Le mot clé est-il un verrou ? Parcours de la première auteure

Extract

| 27 →

CHAPITRE I

Le mot clé est-il un verrou ? Parcours de la première auteure

Introduction

Ce premier chapitre relate plusieurs études linguistiques menées depuis la socioterminologie pour cerner non la signification des concepts et des termes qui les étiquetteraient, mais leurs usages sur le terrain par nature mouvant des pratiques. C’est par les vaines entreprises d’indexation et d’annotation pour fixer la signification par mots clés issus des classifications d’hier et des ontologies du WEB d’aujourd’hui, que ce chapitre abordera l’ascendance des modes d’organisation et de diffusion pour saisir les manifestations du sens. Nous verrons alors que la place que la socioterminologie a réservée à la variation, pour circonscrire un domaine de connaissance, ne saurait suffire pour qui s’intéresse à l’interprétation individuelle dans le contexte d’une pratique chaque fois renouvelée. Ce sont donc mes propres tentatives pour saisir les variations du sens des termes par les actions de communautés d’usagers (utilisateurs d’une base de données médicales, doctorants, chercheurs en traitement d’images) qui me conduiront vers la dynamique des transformations textuelles et la praxéologie.

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.