Show Less
Restricted access

Dessillement numérique

Énaction, interprétation, connaissances

Series:

Maryvonne Holzem and Jacques Labiche

Cet essai présente la recherche chemin faisant de deux auteurs de disciplines différentes : linguistique et reconnaissance de formes. Il tisse leur réflexion à partir d’un questionnement commun : qu’est ce qu’interpréter ? Comment s’approprier des connaissances à partir de documents ? Le numérique peut-il y aider ? En s’appuyant sur plusieurs projets de recherche, les auteurs conçoivent une plateforme informatique qui donne le rôle principal à la créativité de l’utilisateur.

Adossé à la sémantique textuelle et à l’approche énactive, cet ouvrage tente un dessillement qui prenne le contre-pied des évidences ontologiques. Il rejette une vision réductionniste de l’humain issue du computationalisme et d’une approche managériale de la révolution numérique. Pour penser les interactions usager-plateforme, il articule la phénoménologie dans sa dimension sémiotique à l’herméneutique philologique appliquée à un corpus juridique.

La question du sens et de son advenue sous-tend ce travail qui participe des sciences de la culture et ainsi s’ouvre à une réflexion éthique et politique comme le souligne François Rastier dans la préface.

Show Summary Details
Restricted access

Annexe 6 – Plateforme (ENT)

Extract



I. Architecture

Notre plateforme en cours de développement est basée sur une architecture orientée services utilisant des grammaires XML et les Web Services. L’ensemble très riche de services proposés à l’utilisateur concerne l’acquisition des ressources (fiches, documents juridiques), les prétraitements, le stockage, la classification, l’enrichissement sémantique, de même que l’exploitation dynamique et la navigation (Saidali et al., 2009). Chacun de ces services est implémenté en WSDL (Web service description language). Cette description dans un format XML permet de préciser pour chaque service les méthodes pouvant être invoquées ainsi que la signature et les points d’accès. Ainsi formalisés, les services sont stockés dans un UDDI (Universal description, discovery and integration) : un annuaire évolutif de web services distribués qui facilite la publication et l’exploration.

L’interopérabilité des services est rendue possible grâce à SOAP (Simple object access protocol). Ce protocole d’échange inter-applications est également basé sur le langage XML et s’appuie sur HTTP pour le transport des données. Enfin l’ensemble de la plateforme est orchestrée par l’ESB (Entreprise service bus) PETALS, suivant la norme JBI (Java business integration).

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.