Show Less
Restricted access

Henri Wallon (1879–1962) : action pensée, pensée de l'action

Itinéraires croisés : politique, philosophique, psychologique

Serge Netchine and Gaby Netchine-Grynberg

Henri Wallon (1879–1962), éminent psychologue de l’enfant, fut aussi, à partir des années 1900, un acteur de la vie intellectuelle et politique française. Cet ouvrage parcourt les grands thèmes de ses recherches sur les enfants souffrant ou non de pathologies mentales, en les articulant à ses engagements de citoyen et à ses positionnements intellectuels. Sont envisagées, au regard du contexte politique et culturel, les prises de position et les actions effectuées par Henri Wallon au cours d’une période historique qui fut riche en événements et en retournements. De plus, cette recherche illustre la détermination d’une doctrine philosophique intégrant le résultat des controverses entre courants spiritualistes et matérialistes apparues tout au long des XIXe et XXe siècles ainsi que l’élaboration d’une démarche scientifique sur le développement psychologique qui intègre des enjeux pratiques et sociétaux.

Ce livre met finalement en lumière ce qui, du parcours d’Henri Wallon, mérite d’être souligné et d’intervenir dans les problèmes contemporains.

Show Summary Details
Restricted access

Chapitre 7. Nouveaux espoirs et rechute

Extract

| 59 →

CHAPITRE 7

Nouveaux espoirs et rechute

Après la grande cassure que fut la guerre de 14, un monde inédit se dessinait. Sur les monceaux de cadavres et les innombrables victimes, sur les décombres des idéologies et des organisations politiques désavouées, qu’elles fussent celles des nationalismes qui avaient mené à l’hécatombe ou celle des mouvements socialistes qui, au mieux, n’avaient rien pu faire pour l’empêcher, au pire y avaient contribué, se dressaient des contestations radicales comme le dadaïsme et le surréalisme, les pacifismes intégraux et aussi l’adhésion aux promesses issues du bouleversement de la Révolution d’octobre.

Chez les enseignants et éducateurs imprégnés par l’horreur de la guerre, l’espoir d’une société meilleure se tournait vers l’enfance : libérés de la docilité et du conservatisme qu’inculque l’enseignement traditionnel, par une éducation nouvelle favorisant l’autonomie, la prise de jugement, la responsabilité, les enfants sauraient, devenus adultes, refuser les idéologies et les contraintes mortifères, abolir les frontières nationales, ethniques et raciales, les inégalités sociales et culturelles, construire une société nouvelle. Dès le début des années 1920, le mouvement se structure, unissant des orientations diverses mais convergentes dans leur volonté de renouvellement des méthodes d’enseignement et leurs espoirs sur les mutations sociales qui devaient en résulter. La Ligue internationale pour l’éducation nouvelle (LIEN) se crée au début...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.