Show Less
Restricted access

Henri Wallon (1879–1962) : action pensée, pensée de l'action

Itinéraires croisés : politique, philosophique, psychologique

Serge Netchine and Gaby Netchine-Grynberg

Henri Wallon (1879–1962), éminent psychologue de l’enfant, fut aussi, à partir des années 1900, un acteur de la vie intellectuelle et politique française. Cet ouvrage parcourt les grands thèmes de ses recherches sur les enfants souffrant ou non de pathologies mentales, en les articulant à ses engagements de citoyen et à ses positionnements intellectuels. Sont envisagées, au regard du contexte politique et culturel, les prises de position et les actions effectuées par Henri Wallon au cours d’une période historique qui fut riche en événements et en retournements. De plus, cette recherche illustre la détermination d’une doctrine philosophique intégrant le résultat des controverses entre courants spiritualistes et matérialistes apparues tout au long des XIXe et XXe siècles ainsi que l’élaboration d’une démarche scientifique sur le développement psychologique qui intègre des enjeux pratiques et sociétaux.

Ce livre met finalement en lumière ce qui, du parcours d’Henri Wallon, mérite d’être souligné et d’intervenir dans les problèmes contemporains.

Show Summary Details
Restricted access

Chapitre 13. L’individuel et le social

Extract

| 115 →

CHAPITRE 13

L’individuel et le social

Au milieu du XIXe siècle, Marx et Engels, polémiquant avec les courants néo-hégéliens qui occupent alors la scène philosophique allemande, rompent avec le primat traditionnellement accordé à une essence de l’homme qui serait définissable en dehors et au-dessus de l’histoire : « … l’essence de l’homme n’est pas une abstraction inhérente à l’individu isolé. Dans sa réalité, elle est l’ensemble des rapports sociaux », déclare la 6e thèse sur Feuerbach, aux environs de 1845. Par « rapports sociaux », il faut entendre en premier lieu les liens qu’établissent les hommes dans leurs actions en vue de produire leurs moyens d’existence. Éminemment variables selon les époques et les circonstances, ces liens sont le fondement de la configuration des sociétés. En fonction des techniques disponibles et des besoins liés à l’extension de la population, ils donnent lieu aux modalités de division du travail, aux formes de propriété, aux institutions qui les gèrent, et se transcrivent dans les idéologies, mythologies, religions, qui leur sont contemporaines. Si les premières formes de société, pratiquant la chasse ou la pêche, sont réduites à la taille de tribus identifiables à des familles, les suivantes s’agrandissent et se complexifient, suscitant des administrations et des organisations étatiques, si bien que la famille, « qui est au début le seul rapport social, devient par la suite un rapport subalterne » (Marx et Engels, 1845). Dans ce...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.