Show Less
Restricted access

Aménagement rural et qualification territoriale

Les indications géographiques en France et en Europe

Series:

Marc Dedeire

L’objectif de cet ouvrage est triple : il pose d’abord la question du rôle de la qualité, comme concept et outil, et des ressources territoriales dans le développement local et l’aménagement rural. Il permet ensuite, à travers les questions de l’enjeu de l’alimentation, de la gestion des espaces ruraux et du foncier, d’interroger les instruments de la qualification territoriale à partir de l’exemple des Appellations d’Origines Protégées (AOP) et les Indications Géographiques Protégées (IGP). Ces instruments offrent des opportunités de dynamisation des territoires et interrogent les nouveaux enjeux de l’aménagement du territoire rural en France et en Europe. Enfin, il met en débat un cadre théorique sur la qualification territoriale par croisement des diverses politiques rurales de la qualité.

Ce livre aborde successivement les questions des trajectoires de la qualification et des ressources territoriales à partir de terrains français « englobés » pour partie dans des logiques métropolitaines. Plus largement, l’action publique locale montre que la qualité est aujourd’hui attendue et réclamée par la société et conditionne souvent la mise en œuvre de solutions spécifiques d’aménagement des espaces. Tout en mobilisant une approche interdisciplinaire, cette étude contribue à élargir le champ de l’aménagement de l’espace en incluant les questions de la connaissance, mais aussi de la cognition spatiale à travers différents statuts de l’espace rural, dans des contextes économiques et géographiques variées.

Show Summary Details
Restricted access

Partie I: Qualité, ressources et territoires au prisme de la qualification

Extract

← 16 | 17 →

PARTIE I

Qualité, ressources et territoires au prisme de la qualification

Pour le géographe, le territoire est un espace naturel et social occupé par un groupe social qui se l’approprie et auquel il peut s’identifier1. La territorialité2 résulte, quant à elle, des rapports à la fois individuels et collectifs et entre les acteurs (ou agents pour reprendre la terminologie économique) avec leurs environnements spatialisés, et c’est donc une multidimensionnalité du vécu territorial3 de chaque individu socialisé qui en est le reflet et l’expression4. Dans cette approche, les interactions sont avant tout spatiales. Les flux, les mutations territoriales, les processus de constructions et de représentations dictent les dynamiques économiques et ces dernières produisent en retour des traces et stigmates qui forgent ou réorganisent l’espace et les formes de territorialité. Ce mouvement de « feed-back » est souvent laissé au seul économiste qui explique les mutations territoriales par celle de l’économie alors que de nombreuses disciplines apportent leur contribution à la compréhension des processus spatiaux. Rares sont les travaux d’économistes qui considèrent l’espace comme un acteur de la vie économique et sociale et dont les impulsions voire l’origine de sa dynamique émanent de l’espace lui-même. Pour l’économiste, l’espace et le territoire sont pensés comme la résultante des acteurs économiques qui ont agi dans un temps donné et à partir d’un lieu donné. Institutions, entreprises, marchés génèrent des espaces (ou lieux) de...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.