Show Less
Restricted access

Le «care», face morale du capitalisme

Assistance et police des familles en Amérique latine

Series:

Edited By Blandine Destremau and Isabel Georges

    L’Amérique latine est souvent considérée comme un laboratoire de politiques publiques, qui accompagnent le développement de formes néo-libérales de capitalisme. Après les années 2000, l’État social signe son « retour », marqué par une nouvelle génération de politiques sociales d’assistance dites conditionnelles, dans des contextes de réduction des dépenses publiques, d’extension de la marchandisation et d’intense concurrence politique.

    Cet ouvrage explore les nébuleuses d’acteurs engendrées par la mise en pratique de ces politiques, à partir d’enquêtes ethnographiques menées dans cinq métropoles d’Amérique latine. Il montre comment elles instituent une police des familles, centrée sur les femmes et fondée sur une économie morale valorisant l’éthique du care et de la responsabilité. La gestion et la répartition du travail reproductif s’opèrent par des dispositifs d’activation, d’incitations comportementales et de contrôle de proximité. Ce mode de gouvernement moral des pauvres tend à instaurer un ordre politique qui organise la reproduction sociale et économique et repose sur une division du travail entre sexes, générations et classes sociales. Il nourrit l’essor des opportunités de profit marchand et des positions d’intermédiation. Cette face morale des politiques économiques néolibérales a permis un compromis de gouvernement, qui s’est estompé.

    S’il se démarque de ce cadre général, le cas de Cuba, aux prises avec une réforme de sa politique sociale, confirme la centralité du care et des injonctions morales dans les politiques publiques.

    Show Summary Details
    Restricted access

    La production de la demande : philanthropie ou commerce ? Professionnalisation et sous-traitance dans le secteur de l’assistance au Brésil (Isabel Georges)

    Extract

    ← 212 | 213 →

    La production de la demande : philanthropie ou commerce ?

    Professionnalisation et sous-traitance dans le secteur de l’assistance au Brésil1

    Isabel GEORGES

    Institut de recherche pour le développement (IRD), UMR 201 « Sociétés et développement » et Université de São Paulo (USP)/Université fédérale de São Carlos (UFSCar), Brésil

    Introduction

    Au Brésil a eu lieu une « révolution silencieuse » pendant les 10 à 20 dernières années : la transition démographique, comme la réduction drastique du nombre d’enfants, et le vieillissement de la population. Parallèlement, les séparations ont augmenté, et surtout la part des familles monoparentales féminines (quasi 20 %, et 30 % si l’on compte les ménages dont la cheffe est une femme), de même que l’activité féminine, de façon concomitante à la relative diminution de l’emploi masculin formel pendant la période des politiques néolibérales des années 1990. Pendant cette période, le Brésil a occupé un rôle de « laboratoire social » de politiques sociales considérées comme « innovantes ». Un de nos ← 213 | 214 → principaux résultats de recherche montre que les femmes ne comptent pas seulement parmi les principales bénéficiaires de ces politiques, mais sont également parmi leurs principales protagonistes2.

    Dans ce cadre général qualifié par certains de « confluence perverse » (Dagnino et al., 2006), qui se caractérise...

    You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

    This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

    Do you have any questions? Contact us.

    Or login to access all content.