Show Less
Restricted access

Approches philosophiques du structuralisme linguistique russe

Series:

Edited By Oleg Bernaz and Marc Maesschalck

Ce volume recueille une série de travaux de figures notoires de la pensée russe, comme Roman Jakobson, Petr Savickij et Nicolas Troubetzkoy, qui ont marqué un seuil épistémologique dans l’histoire du structuralisme en général et de la linguistique structurale en particulier. Publiés initialement au début des années 1920 et 1930, à Berlin, à Prague et enfin à Paris, ces travaux forment un véritable mouvement intellectuel dont nous voudrions mettre en évidence la portée philosophique, mais également les enjeux politiques. Nous espérons ainsi contribuer à rendre possible une autre histoire du structuralisme linguistique qui en ne se limitant pas à répertorier les idées de la langue conçues par les linguistes, puisse mettre en lumière les conditions épistémologiques permettant de construire la connaissance linguistique comme savoir structural des langues dans leur fonction sociale et historique.

 

Show Summary Details
Restricted access

Avant-propos

Extract



Oleg BERNAZ et Marc MAESSCHALCK

Durant les trois premières décennies du XXe siècle, dans l’Empire russe puis en Union soviétique, la production des savoirs linguistiques s’est caractérisée par la tentative de créer un nouvel ordre épistémique nécessaire à l’invention d’un discours émancipateur enfin détaché de son passé idéologique. Cette période d’une prodigieuse créativité est interrompue par le triomphe du projet politique stalinien, qui compromet ce qui au départ se voulait être un discours éminemment scientifique. Cette éclipse stalinienne du savoir aura des conséquences néfastes majeures non seulement dans le développement ultérieur de la linguistique structurale – et plus largement des sciences humaines – mais aussi dans la perception de leur rôle épistémique avant la dictature.

De fait, la linguistique russe de cette période a joué un rôle central dans le champ des sciences humaines dès le milieu des années 1950 et jusqu’au milieu des années 1970, non seulement autour de Lévi-Strauss et de Lacan, mais aussi chez Althusser et son école, ainsi que par l’entremise des Foucault, Barthes, Greimas et Todorov1. Cependant, ce mouvement n’est plus connu aujourd’hui qu’indirectement, par une certaine affiliation poststructuraliste rassemblant des figures aussi diverses que Deleuze, Baudrillard et Derrida, ainsi qu’en philosophie sociale Laclau ou Butler, voire les théoriciens de la modernité réflexive comme Giddens, Lacks et Beck. La recherche actuelle s’intéresse peu...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.