Show Less
Restricted access

Sagesse et résistance dans les littératures francophones

Series:

Edited By Marc Quaghebeur

Après avoir abordé les modalités des relations entre Violence et Vérité dans les littératures francophones, ce volume s’attache à des formes littéraires de Résistance. Celles-ci entendent souvent dépasser les réponses purement violentes et manifester ainsi leur refus de l’assujettissement, par des Sagesses – répliques souvent plus subtiles à la barbarie et à la domination. Elles circonviennent beaucoup mieux l’adversaire, comme le « sujet supposé savoir » dont parlent les psychanalystes. Ce parcours se fait au travers de textes francophones venus de latitudes très diverses : du Vietnam au Liban, du Maghreb à l’Afrique centrale, de la Suisse et de la Belgique aux Amériques. Ce faisant, c’est à un florilège d’esthétiques diverses que se voit convié le lecteur. Ce livre touche en effet aussi bien au symbolisme qu’à la postmodernité, en passant par les grandes voix du Maghreb ou des Antilles dans le contexte du dernier demi-siècle. Le propos ne s’organise pas pour autant en fonction des aires géographiques. Il montre que les soi-disant opacités francophones, leurs poét(h)iques, leurs hybridations ou leurs chemins de traverse constituent toujours des réponses à des situations historiques. Elles sont, qui plus est, très révélatrices de la dynamique du système franco-francophone. Trente-cinq études, pour ce faire, et qui font saisir de près le fait que ces œuvres sont loin d’être périphériques.

Show Summary Details
Restricted access

L’éternelle résistance de la vie face à la guerre dans Sous le Pont Mirabeau de Madeleine Bourdouxhe (Emilia Surmonte)

Extract

← 96 | 97 →

L’éternelle résistance de la vie face à la guerre dans Sous le Pont Mirabeau de Madeleine Bourdouxhe1

Emilia SURMONTE

Università degli studi di Napoli « L’Orientale » (Naples – Italie)

1944 : Le cauchemar commencé quatre ans auparavant, en mai 1940, va se terminer avec la libération de Bruxelles le 4 septembre. Cette même année, Madeleine Bourdouxhe publie aux éditions Lumière le récit Sous le pont Mirabeau, accompagné d’illustrations de Mig Quinet2, faisant suite à ses romans, La Femme de Gilles, paru chez Gallimard en 1937 et À la recherche de Marie qui avait vu le jour aux éditions Libris en 1943. ← 97 | 98 →

À la base de la narration de Sous le pont Mirabeau se trouve une vérité autobiographique3, reprise en partie dans le récit4 : la naissance de la fille de l’auteure au mois de mai, à la veille de l’invasion allemande pendant la Deuxième Guerre mondiale, l’exode en France qui s’en suivit, et le rapatriement imposé la même année par le gouvernement belge en exil. À partir de cette réalité, qui correspond à une réalité analogue vécue par l’écrivaine pendant son enfance durant la Première Guerre mondiale – évoquée et remémorée elle-aussi dans Sous le pont Mirabeau –, Madeleine Bourdouxhe construit un récit qui semble ignorer l’importance des événements historiques que la protagoniste et sa petite fille sont en train de vivre, pour se concentrer sur une...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.