Show Less
Restricted access

Connaît-on la chanson?

Usages de la chanson dans les cinémas d'Europe et d'Amérique Latine depuis 1960

Series:

Edited By Sophie Dufays, Dominique Nasta and Marie Cadalanu

Les chansons, liées au cinéma depuis ses origines, ont acquis une force nouvelle et singulière tant dans les productions commerciales que dans les films d’auteur récents, notamment en Europe et en Amérique latine. Mais si les études consacrées aux rôles de la chanson et de la musique populaire dans le cinéma se sont multipliées, peu de travaux ont considéré leur place dans les cinémas européens et latino-américains au-delà de la période classique.

C’est sur un corpus de films à chansons parus à partir des années 1960 que se concentre le présent ouvrage. Les différentes contributions proposent un panel d’approches novatrices et complémentaires, esthétiques mais aussi culturelles, historiques et musicologiques, qui offrent un éclairage inédit sur cette production.

L’ambition de ce volume est de participer au développement d’une analyse esthétique et théorique du film à chansons dégagée du modèle hollywoodien mais aussi, plus largement, de tout modèle générique. Penser la place qu’occupe la chanson dans des cinématographies très variées géographiquement et historiquement, du cinéma français au cinéma brésilien en passant par les cinématographies d’Europe de l’Est, permet de susciter de nombreux rapprochements susceptibles d’ouvrir la voie à de nouvelles approches.

Show Summary Details
Restricted access

La chanson populaire dans le cinéma de François Ozon (Marie Cadalanu)

Extract

La chanson populaire dans le cinéma de François Ozon

Marie Cadalanu

Université de Caen-Normandie

Depuis les années 1990, les chansons du répertoire populaire français font l’objet d’un usage massif et inédit dans la production cinématographique hexagonale. En effet, cette utilisation sort des carcans dans lesquels la chanson au cinéma est généralement abordée, à la fois par la production et par la critique. Le cas de François Ozon nous semble exemplaire de cette tendance du cinéma français dégagé des conventions, ou plutôt libre de puiser à sa guise aux sources les plus diverses, qui à la fois interroge nos approches traditionnelles et crée une relation nouvelle entre l’œuvre cinématographique et la tradition française de la chanson.

Les chansons sont omniprésentes dans la filmographique de François Ozon, cela depuis ses premiers courts-métrages : que l’on pense notamment à Bang Bang dont l’interprétation par le personnage principal sur le fond sonore d’un disque de Sheila ouvre Une robe d’été (1996). En outre, en termes musicaux, chacune des œuvres d’Ozon est une expérimentation inédite des modalités d’intégration des chansons, de la chanson unique qui ouvre ou clôt le film – respectivement dans Une robe d’été et dans Potiche (2010), à la fin duquel la chanson interprétée par Catherine Deneuve achève d’accentuer la dimension ironique du film –, aux chansons qui...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.