Show Less
Restricted access

Développer les industries culturelles

Leçons du palimpseste de la pratique

Series:

Christiaan De Beukelaer

Le discours de l’économie créative est devenu de plus en plus mondial. Pratiquement tous les pays du monde utilisent le concept (ou l’une de ses variantes) dans le débat politique, l’intervention publique, les recommandations et la pratique. L’objectif de cet ouvrage est de rendre compte de l’adoption de ce discours dans le contexte du Burkina Faso et du Ghana. Dans ces pays, l’utilisation du « discours de l’économie créative » est assez récente et reste en contradiction avec les réalités vécues par de nombreuses parties prenantes du secteur culturel. À travers un engagement empiriquement fondé au sein de ce débat, ce livre montre comment le recours à la catégorie des « industries culturelles et créatives » dans les politiques publiques reconfigure les limites des politiques culturelles.

Show Summary Details
Restricted access

Préface

Extract



Ce projet est parti d’une constatation simple, mais surprenante. À la World Music Expo (WOMEX) de 2008 à Séville, j’ai été frappé par le fait que ce sont pour la plupart des managers et agents européens et américains qui représentent les artistes du monde entier. J’ai ressenti l’absence relative de managers et d’agents non européens comme un problème. Bien sûr, il y en a quelques-uns, mais leur nombre est loin d’être proportionnel au nombre et à l’importance des artistes du monde entier.

Cette première observation m’a encouragé à tirer profit de mon diplôme de musicologie pour tenter d’étudier cette question. Je n’ai pas tardé à découvrir que la situation était bien plus complexe que je ne l’aurais imaginé. Le seul élément stable est le fait que peu de managers africains disposent du réseau et des moyens nécessaires pour emmener leurs groupes en tournée mondiale.

À la même époque, la CNUCED a publié son premier Rapport sur l’économie créative (2008) qui reconnaît le potentiel de développement des industries culturelles et créatives. Cette publication a changé ma manière de penser. Parce que le rapport était plus centré sur le « potentiel » (voir chapitre 3) que sur les projets déjà existants dans les « pays en développement », j’ai décidé d’aller voir de plus près, intrigué par l’« optimisme discursif » de la CNUCED.

Ma première constatation...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.