Show Less
Restricted access

Repenser les stratégies nucléaires

Continuités et ruptures. Un hommage à Lucien Poirier

Series:

Edited By Thomas Meszaros

Cet ouvrage a pour objectif d’enrichir la connaissance dans un domaine particulier des relations internationales et stratégiques : les stratégies nucléaires. Pour contribuer à cette connaissance, il réunit les contributions de jeunes chercheurs et chercheurs confirmés, issus d'horizons différents, qui invitent à repenser les trajectoires historiques et intellectuelles des stratégies et des armes nucléaires dans les relations internationales. Ce volume interroge la période des origines, celle des premières pensées sur le sujet, en particulier celle de Lucien Poirier, à qui cet ouvrage rend hommage. Ce retour aux sources de la pensée stratégique nucléaire, à l’époque de la guerre froide, permet d’envisager les continuités et les ruptures à l’œuvre depuis, dans les relations internationales post-guerre froide, notamment sur les questions liées à la diffusion et à la virtualisation de l’arme nucléaire ainsi qu’au désarmement nucléaire.

Ce livre, en proposant une réflexion originale et fondamentale sur la place des armes nucléaires dans les théories des relations internationales, invite aussi à ouvrir un débat constructif sur leurs trajectoires passées, présentes et à venir dans les relations internationales proprement dites.

Show Summary Details
Restricted access

La pertinence du constructivisme et des approches critiques pour penser l’arme nucléaire dans les relations internationales (Thomas Lindemann)

Extract

La pertinence du constructivisme et des approches critiques pour penser l’arme nucléaire dans les relations internationales

Thomas Lindemann

La présente contribution est le fruit d’une série d’entretiens de Thomas Lindemann réalisée par Thomas Meszaros entre les mois d’avril et mai 2018. L’objectif de ces entretiens est, en complément du texte d’Antony Dabila, d’interroger la pertinence des approches constructivistes et critiques pour penser le rôle de l’arme nucléaire dans les relations internationales.

Thomas Meszaros : La première question de cet entretien est, pour ainsi dire, une entrée en matière. Elle prolonge la contribution d’Antony Dabila sur la séparation qui existe entre positivisme et post-positivisme. Selon vous, Thomas Lindemann, peut-on établir un lien entre les courants en faveur ou contre le nucléaire et les visions anthropologiques positiviste ou post-positiviste  ?

Thomas Lindemann : Pour moi, les positivistes ont une vision plutôt unitaire, universelle, globale. Ils ne voient pas le monde dans son épaisseur et pensent que tout est prévisible. Ils ont bien souvent une vision mécaniste, guidée par la raison d’État, où la technologie est toute puissante. Ce n’est pas un hasard si dans le domaine nucléaire en France la majeure partie des spécialistes, depuis la Guerre froide, ont des formations d’ingénieurs, de statisticiens, de stratégistes. À la différence des positivistes, les post-positivistes quant à eux donnent beaucoup plus de poids à l’imprévu, à la spontanéit...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.