Show Less
Restricted access

À l'épreuve d'enseigner à l'Université

Enquête en France - Préface de Marc Romainville

Series:

Edited By Saeed Paivandi and Nathalie Younès

L’ouvrage s’intéresse à la réalité plurielle de l’homo academicus, en partant des vécus et des conceptions des professeur.e.s d'université. L’enquête menée en France par les deux auteurs, de 2013 à 2017, dans un large éventail de disciplines (lettres, sciences, sciences humaines et sociales, médecine), permet de mieux appréhender les différentes manières d’être enseignant.e-chercheur.e, la condition universitaire, les conceptions de la carrière et les approches de l’enseignement mobilisées dans la pratique pédagogique. Les enseignant.e.s-chercheur.e.s parlent de leur environnement de travail, de leurs relations avec le monde étudiant et des tensions vécues au cours de leur expérience pour articuler l’enseignement, la recherche et les tâches administratives. Se développer professionnellement sur le plan pédagogique et réellement prendre en compte les étudiants dans l’approche de l’enseignement apparaît comme un défi.

Cet ouvrage a pour ambition d’aider à mieux comprendre la condition pédagogique à l’université, devenue une question d’actualité en France comme dans nombre d’autres pays. Les données de l’enquête mises en perspective avec la littérature scientifique internationale peuvent contribuer à la réflexion sur les réformes pédagogiques introduites depuis les années 2000 et les axes les plus pertinents pour améliorer le fonctionnement pédagogique de l’université et accompagner les enseignant.e.s-chercheur.e.s dans leur développement professionnel à travers un changement culturel progressif.

Show Summary Details
Restricted access

Chapitre V – Quel collectif pédagogique ?

Extract



L’enseignement supérieur est encore largement basé sur une tradition vivace de liberté académique selon laquelle l’université impose peu de contraintes normatives sur les activités pédagogiques qui recouvrent des situations et des conceptions très diverses. Le goût de l’autonomie est une caractéristique très présente chez les universitaires, qui ont peu l’habitude de travailler en équipe en ce qui concerne l’enseignement.

Cette position est bousculée par les évolutions de l’université qui ont considérablement modifié son paysage et affecté les attentes et les exigences pédagogiques vis-à-vis des enseignants et leurs pratiques. Ces changements requièrent des pratiques pédagogiques innovantes basées sur la collaboration avec les collègues, les étudiants et au-delà, les réseaux professionnels extérieurs (Barnett et Coate, 2005 ; Benjamin, 2010 ; Biggs et Tang, 2007 ; Lakkala, Toom, Ilomäki et Muukkonen, 2015). La recherche en éducation comme en sociologie de l’organisation fournit un corpus de connaissances qui montre l’importance du travail en équipe et son potentiel de développement pour les enseignants comme pour les étudiants. Les enseignants apprennent à se connaître mutuellement et à développer une attitude critique sur leurs pratiques d’enseignement. Ils découvrent de nouvelles façons d’enseigner, plus centrées sur l’apprentissage étudiant et finalement développent un sentiment d’efficacité et d’identité enseignante (Dickerson, Jarvis et Levy, 2014 ; Keevers, Lefoe, Leask, Dawood Sultan, Ganesharatnam, Loh et Lim, 2014 ; Kiffer, 2016 ; Kosnik, Menna, Dharamshi, Miyata, Cleovoulou et Beck 2015...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.