Show Less
Restricted access

L'éthique dans la finance

Les banques genevoises à l'épreuve des faits

Series:

Didier Caveng

L'éthique des affaires est mise en œuvre par un ensemble des règles, codes ou principes qui orientent les décisions des entreprises vers plus de morale et de transparence. La question de l’éthique des affaires dans le secteur bancaire est d'autant plus pertinente que la crise qui frappe les économies nationales et l'économie mondiale est largement attribuée à l'irresponsabilité de la sphère financière.

L'auteur, par une enquête minutieuse au sein des milieux financiers, cherche à repérer les types d’éthique (pour autant que l’éthique existe explicitement au sein des banques) qui s'appliquent dans les organisations, les formes qu'elle prend, les initiateurs des mesures qui s'y associent, ainsi que les manières dont l'éthique est pensée d’une part et gérée d’autre part.

L’objectif de l’ouvrage est d’éclairer, voire de comprendre, l’attitude et le comportement des banques vis-à-vis de l’éthique : entre dynamisme et pragmatisme, en passant par l’opportunisme, entre formalisation institutionnelle et adaptation à la complexité des situations, entre responsabilité attribuée et responsabilité distribuée.

Show Summary Details
Restricted access

Conclusions: Les illusions de la raison

Extract

← 176 | 177 →

Conclusions Les illusions de la raison

« L’homme libre est celui qui n’a pas peur d’aller jusqu’au bout de sa pensée. » Léon Blum

On a souvent évoqué à propos de l’éthique des banques l’existence d’une incompatibilité entre les principes de l’éthique et les principes de la vie des affaires. Selon ses défenseurs, l’éthique des affaires serait un oxymore, illustré par un ensemble de préjugés négatifs concluant à un scepticisme moral. Il y aurait donc séparation entre la morale ordinaire et la morale des affaires. Notre analyse tend à démontrer le contraire. Il existe une véritable éthique bancaire. Qu’elle soit orientée sur une approche dogmatique, traduite par une acceptation sociétale, ou sur une approche pragmatique, illustrée par le respect de la loi, elle reflète une réalité.

La plupart des établissements bancaires se dotent d’un code de conduite, lequel varie selon la forme ; mais le plus important réside dans la réflexion et le comportement quasi omniprésents chez les collaborateurs dans lesquels les valeurs et la culture de la banque sont intégrées. Les scandales bancaires que nous avons encore récemment connus (Libor, Irangate, subprimes) ou les blanchiments d’argent ne seront probablement pas tous éteints demain. D’autres pourront encore surgir. Le nombre de ces annonces de scandales révélés a frappé l’opinion publique. Certaines banques ont préféré payer de lourdes amendes...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.