Show Less
Restricted access

L'éthique dans la finance

Les banques genevoises à l'épreuve des faits

Series:

Didier Caveng

L'éthique des affaires est mise en œuvre par un ensemble des règles, codes ou principes qui orientent les décisions des entreprises vers plus de morale et de transparence. La question de l’éthique des affaires dans le secteur bancaire est d'autant plus pertinente que la crise qui frappe les économies nationales et l'économie mondiale est largement attribuée à l'irresponsabilité de la sphère financière.

L'auteur, par une enquête minutieuse au sein des milieux financiers, cherche à repérer les types d’éthique (pour autant que l’éthique existe explicitement au sein des banques) qui s'appliquent dans les organisations, les formes qu'elle prend, les initiateurs des mesures qui s'y associent, ainsi que les manières dont l'éthique est pensée d’une part et gérée d’autre part.

L’objectif de l’ouvrage est d’éclairer, voire de comprendre, l’attitude et le comportement des banques vis-à-vis de l’éthique : entre dynamisme et pragmatisme, en passant par l’opportunisme, entre formalisation institutionnelle et adaptation à la complexité des situations, entre responsabilité attribuée et responsabilité distribuée.

Show Summary Details
Restricted access

Chapitre 1 Les champs d’application de l’éthique professionnelle en finance

Extract



Pour investiguer les champs d’application de l’éthique professionnelle en finance, nous commençons par positionner l’éthique par rapport au droit, à la morale et à la déontologie. Ensuite, nous définissons cette éthique. Parle-t-on d’un guide des valeurs ou d’un guide comportemental ? D’une éthique normative ou réaliste ? Et comment se situe-t-elle dans le monde des affaires, sur le plan de l’intelligence économique et des affaires ?

Section 1  La question de l’éthique dans le secteur bancaire

La crise financière qui a débuté en 2008 a engendré une mécanique infernale qui a conduit aux effets économiques et sociaux suivants : dépréciations d’actifs, pertes de capitalisation boursière, chute des profits et plans de sauvetage des États pour éviter des faillites en masse. Si les banques sont à l’origine de la crise, elles ont aussi joué un rôle majeur dans sa propagation avec comme corollaire la crise des subprimes de l’été 2007, le krach de l’automne 2008 illustré par une chute des cours et un resserrement des crédits pour les entreprises et les ménages, la faillite de Lehman Brothers, l’échec du plan Paulson fin septembre 2008, une spirale récessionniste s’installant en 2009 dans plusieurs pays de l’Union européenne (UE), à l’image de l’Irlande et de l’Espagne, l’aide financière accordée à la Grèce par l’UE et le Fonds monétaire international (FMI) en mai 2010 à hauteur de 110 milliards d’euros, la création d’un...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.