Show Less
Restricted access

D’ennemi à allié

L’adhésion de la Hongrie, de la Pologne et de la République tchèque à l’Alliance atlantique (1989-1999)

Series:

Amélie Zima

Moins de dix ans après la dissolution du pacte de Varsovie, trois pays postcommunistes, la Hongrie, la Pologne et la République tchèque, deviennent membres de l’OTAN. Comment expliquer ce passage du statut d’ennemi à celui d’allié ? En analysant la rénovation institutionnelle de l’Alliance atlantique, et plus particulièrement le bricolage institutionnel qui entoure la fabrique d’un processus de négociations, et les usages politiques de l’histoire qui émaillent les relations entre l’OTAN, les pays d’Europe centrale et la Russie, cet ouvrage apporte des clés d’analyse renouvelées sur le premier élargissement post-guerre froide. Il déconstruit de ce fait des étiquettes en montrant que l’atlantisme des pays d’Europe centrale a été une construction politique qui résulte tant de jeux politiques nationaux que des passés douloureux, et montre également que l’OTAN n’a pas été réellement une institution socialisatrice.

Fondé sur un corpus inédit d’entretiens conduits avec des hommes politiques et des diplomates hongrois, polonais et tchèques, ce livre éclaire sous un nouveau jour les dynamiques postcommunistes. À l’heure où la politique d’élargissement de l’OTAN connaît un certain ralentissement, où la dimension libérale de l’Alliance est questionnée par l’autoritarisme de certains membres, et, où la relation entre l’espace euro-atlantique et la Russie est conflictuelle, il est utile de revenir sur la décennie fondamentale des années 1990 qui a façonné le monde d’après-guerre froide et a posé les bases du nouvel ordre européen.

Show Summary Details
Restricted access

Remerciements

Extract



Ce livre est issu d’une thèse de doctorat qui doit beaucoup au soutien d’un grand nombre de personnes. J’aimerais tout d’abord remercier mon directeur de thèse Georges Mink pour son aide, sa bienveillance et son exigence. Ma gratitude va aussi aux directeurs et aux équipes des centres de recherche où j’ai pu bénéficier d’un cadre de travail chaleureux et enrichissant durant ma thèse et mon post-doctorat : Marie-Claire Lavabre et l’Institut des Sciences sociales du Politique ; Françoise Mayer et le Centre Français de Recherche en Sciences Sociales de Prague ; Françoise Daucé et le Centre de recherche des mondes russe, caucasien et centre-européen ; Jean-Baptiste Jeangène Vilmer, Jean-Vincent Holeindre et l’Institut de recherche stratégique de l’École militaire. Un grand merci également à Dominique Colas et Kathy Rousselet pour le cadre instructif et plaisant du séminaire doctoral de SciencesPo. Une pensée aussi pour Pascal Bonnard, Clémentine Fauconnier, Adrien Fauve, Laure Neumayer, Philippe Perchoc, Jana Vargovčíková et Hager Ben Jaffel qui ont accompagné et participé de différentes manières à ce travail. Je voudrais aussi exprimer ma reconnaissance à toutes les personnalités hongroises, polonaises et tchèque qui ont accepté de s’entretenir avec moi, de partager leurs expériences politiques et leur connaissance de l’OTAN. Enfin merci à Jacques et Mirosława Zima pour leur aide et leur soutien tout au long de cette aventure.←7 | 8→ ←8 | 9→

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.