Show Less
Restricted access

Libéralisme et protectionnisme

Economie politique des relations internationales

Series:

Edited By André Tiran and Dimitri Uzunidis

Le débat « libéralisme / protectionnisme » retrouve aujourd’hui tout son intérêt dans plusieurs domaines, tels la politique commerciale, le droit de la concurrence, les aides étatiques, la protection des travailleurs ou encore la politique de l’immigration. Le libéralisme associé au libre-échange, qui paraissait être une politique incontestable, soutenue par la plupart des économistes, s’est retrouvé la cible de nombreuses critiques. Le protectionnisme, de son côté, couplé à une politique mercantiliste, est apparu dans un certain nombre de pays comme une stratégie efficace pour assurer le développement économique. La compétitivité des grandes économies a semblé dépendre de l’ouverture sélective au commerce et aux investissements internationaux : c’est le cas des États-Unis, de la Chine, mais également d’autres pays d’Asie, et parfois même de l’Europe. Les auteurs de cet ouvrage remettent en cause la vision univoque et simpliste du protectionnisme et des politiques mercantilistes. La discussion est particulièrement focalisée sur la validité universelle du libre-échange et des origines historiques du protectionnisme ainsi que sur les théories économiques et des politiques étatiques menées du XVIe au XXIe siècle. Ils s’intéressent aussi bien à l’économie qu’à la logique de puissance et de renforcement de l’État.

Show Summary Details
Restricted access

Chapitre 5. Barthélemy de Laffemas (1545-1612 ?) : protectionnisme, innovation et émergence de l’économie politique en France sous Henri IV (Jean-Baptiste Vérot)

Extract

Chapitre 5

Barthélemy de Laffemas (1545-1612 ?) : protectionnisme, innovation et émergence de l’économie politique en France sous Henri IV

Jean-Baptiste Vérot

Le 20 juillet 1602, Henri IV crée par lettres patentes une commission du commerce qu’il charge « d’examiner les remonstrances » présentées par Barthélemy de Laffemas, son tailleur et valet de chambre, afin d’« aider à la facilité du commerce et trafique [du] royaume »1. Cet événement fait apparaître Laffemas comme l’acteur décisif d’un moment d’intensité et d’innovation dans le domaine des pratiques gouvernementales orientées vers le commerce et la production. Ce personnage à la biographie étonnante2, marquée par une fulgurante ascension sociale propulsée par sa proximité avec le roi de Navarre, est considéré par les historiens comme un pionnier du mercantilisme français3.

Celui-ci prend la plume à un tournant du règne. En 1596, le royaume sort à peine de quatre décennies marquées par les troubles de religion et les guerres civiles. L’heure est au rétablissement des finances et à la recherche de la prospérité, et une assemblée de notables est réunie à Rouen. Par son premier traité, Laffemas désire convaincre les députés des trois états de remontrer au roi la nécessité d’une réforme générale du commerce, destinée à « dresser les manufactures » en « coupant le cours » de certaines marchandises étrangères, et en particulier des soieries. Rencontrant un certain succès,...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.