Show Less
Restricted access

Libéralisme et protectionnisme

Economie politique des relations internationales

Series:

Edited By André Tiran and Dimitri Uzunidis

Le débat « libéralisme / protectionnisme » retrouve aujourd’hui tout son intérêt dans plusieurs domaines, tels la politique commerciale, le droit de la concurrence, les aides étatiques, la protection des travailleurs ou encore la politique de l’immigration. Le libéralisme associé au libre-échange, qui paraissait être une politique incontestable, soutenue par la plupart des économistes, s’est retrouvé la cible de nombreuses critiques. Le protectionnisme, de son côté, couplé à une politique mercantiliste, est apparu dans un certain nombre de pays comme une stratégie efficace pour assurer le développement économique. La compétitivité des grandes économies a semblé dépendre de l’ouverture sélective au commerce et aux investissements internationaux : c’est le cas des États-Unis, de la Chine, mais également d’autres pays d’Asie, et parfois même de l’Europe. Les auteurs de cet ouvrage remettent en cause la vision univoque et simpliste du protectionnisme et des politiques mercantilistes. La discussion est particulièrement focalisée sur la validité universelle du libre-échange et des origines historiques du protectionnisme ainsi que sur les théories économiques et des politiques étatiques menées du XVIe au XXIe siècle. Ils s’intéressent aussi bien à l’économie qu’à la logique de puissance et de renforcement de l’État.

Show Summary Details
Restricted access

Chapitre 6. Jean-Baptiste Colbert (1619-1683) et les manufactures : l’État, les entrepreneurs et les entreprises (Sophie Boutillier)

Extract

Chapitre 6

Jean-Baptiste Colbert (1619-1683) et les manufactures : l’État, les entrepreneurs et les entreprises

Sophie Boutillier

Colbert (1619-1683) est généralement perçu comme le père de l’industrialisation française grâce à une politique économique active et dirigiste visant à créer et développer des manufactures royales et/ou en accordant à des entrepreneurs des privilèges dans des domaines d’activité très variés (généralement de haute technologie et à forte valeur ajoutée), pour accroître la capacité d’exportation du pays, la France devant rattraper son retard face aux grandes puissances de l’époque, en premier lieu les Pays-Bas et l’Angleterre. Ce fait historique, que nombre d’historiens ont décortiqué et analysé depuis le XVIIe siècle, présente aussi un intérêt fondamental pour l’économiste, et tout particulièrement au regard de la place et du rôle des entrepreneurs dans le développement économique. Ces débats ont fortement évolué au cours des siècles, compte tenu de l’évolution du contexte économique, social et institutionnel (Boutillier et Uzunidis, 2016 ; Boutillier et Tiran, 2016). L’une des premières définitions de l’entrepreneur, celle de Savary dans le Dictionnaire du commerce, définit l’entrepreneur comme un manufacturier dont le rôle est d’entreprendre un ouvrage. Le marché est conclu entre les tiers avant la réalisation du contrat. L’incertitude d’ordinaire consécutive à l’activité entrepreneuriale n’est pas mise en avant (Vérin, 1982). Par la suite, les économistes...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.