Show Less
Restricted access

Libéralisme et protectionnisme

Economie politique des relations internationales

Series:

Edited By André Tiran and Dimitri Uzunidis

Le débat « libéralisme / protectionnisme » retrouve aujourd’hui tout son intérêt dans plusieurs domaines, tels la politique commerciale, le droit de la concurrence, les aides étatiques, la protection des travailleurs ou encore la politique de l’immigration. Le libéralisme associé au libre-échange, qui paraissait être une politique incontestable, soutenue par la plupart des économistes, s’est retrouvé la cible de nombreuses critiques. Le protectionnisme, de son côté, couplé à une politique mercantiliste, est apparu dans un certain nombre de pays comme une stratégie efficace pour assurer le développement économique. La compétitivité des grandes économies a semblé dépendre de l’ouverture sélective au commerce et aux investissements internationaux : c’est le cas des États-Unis, de la Chine, mais également d’autres pays d’Asie, et parfois même de l’Europe. Les auteurs de cet ouvrage remettent en cause la vision univoque et simpliste du protectionnisme et des politiques mercantilistes. La discussion est particulièrement focalisée sur la validité universelle du libre-échange et des origines historiques du protectionnisme ainsi que sur les théories économiques et des politiques étatiques menées du XVIe au XXIe siècle. Ils s’intéressent aussi bien à l’économie qu’à la logique de puissance et de renforcement de l’État.

Show Summary Details
Restricted access

Additum. Libre-échange, protectionnisme et loi de la valeur à l’échelle internationale (Robin Goodfellow)

Extract

Additum

Libre-échange, protectionnisme et loi de la valeur à l’échelle internationale

Robin Goodfellow

Pourquoi, sur le marché mondial, deux pays dont le niveau de développement capitaliste est très différent affichent-ils une valeur d’échange différente pour un même temps de travail ? Si, sur le marché mondial, des temps de travail identiques s’expriment par des valeurs différentes alors, pour ceux qui défendent la théorie selon laquelle le travail est la seule source de la valeur d’échange, comment cela est-il possible ?

Marx répond que dans son application internationale la loi de la valeur est profondément modifiée. Dans chaque nation, il existe déjà des niveaux d’intensité du travail qui expliquent que pour une part, un même temps de travail produise des valeurs différentes. De même, la différence dans la qualité de travail, du fait qu’il est produit par des forces de travail dont la qualification est différente est également un facteur explicatif. Enfin, il en va de même pour la complexité du travail (une force de travail de même qualification produit plus ou moins de valeur suivant que le travail est simple ou complexe). Tous ces facteurs jouent dans le même sens et fournissent une partie de l’explication. Plus le mode de production capitaliste est développé, plus l’intensité, la qualité et la complexité du travail ont tendance à progresser. Mais cela ne suffit...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.