Show Less
Restricted access

Libéralisme et protectionnisme

Economie politique des relations internationales

Series:

Edited By André Tiran and Dimitri Uzunidis

Le débat « libéralisme / protectionnisme » retrouve aujourd’hui tout son intérêt dans plusieurs domaines, tels la politique commerciale, le droit de la concurrence, les aides étatiques, la protection des travailleurs ou encore la politique de l’immigration. Le libéralisme associé au libre-échange, qui paraissait être une politique incontestable, soutenue par la plupart des économistes, s’est retrouvé la cible de nombreuses critiques. Le protectionnisme, de son côté, couplé à une politique mercantiliste, est apparu dans un certain nombre de pays comme une stratégie efficace pour assurer le développement économique. La compétitivité des grandes économies a semblé dépendre de l’ouverture sélective au commerce et aux investissements internationaux : c’est le cas des États-Unis, de la Chine, mais également d’autres pays d’Asie, et parfois même de l’Europe. Les auteurs de cet ouvrage remettent en cause la vision univoque et simpliste du protectionnisme et des politiques mercantilistes. La discussion est particulièrement focalisée sur la validité universelle du libre-échange et des origines historiques du protectionnisme ainsi que sur les théories économiques et des politiques étatiques menées du XVIe au XXIe siècle. Ils s’intéressent aussi bien à l’économie qu’à la logique de puissance et de renforcement de l’État.

Show Summary Details
Restricted access

Chapitre 12. Comment l’Espagne est devenue (et restée) protectionniste à la fin du XIXe siècle (Alexandre Fernandez)

Extract

Chapitre 12

Comment l’Espagne est devenue (et restée) protectionniste à la fin du XIXe siècle

Alexandre Fernandez

La question libre-échangisme/protectionnisme est de l’une de celles qui ont suscité de rudes débats dans l’historiographie espagnole1. Indiquons d’emblée que notre propos, ici, n’est pas de tenter de mesurer d’éventuels effets-production ou effets-prix des politiques tarifaires antérieures ou postérieures à la loi de décembre 1891 et… de participer, ce faisant, au débat espagnol que nous venons d’évoquer, encore moins de distribuer virtuellement, 120 ou 130 ans plus tard, quelque bon ou mauvais point que ce soit aux hommes politiques de l’époque, tant l’on sait, entre autres, les difficultés à établir des liens sûrs entre politique tarifaire et croissance ; au reste, la politique tarifaire n’est qu’un « déterminant parmi d’autres de l’ouverture commerciale – celle-ci étant également influencée par les autres instruments protectionnistes, les coûts de transport, le taux de change réel et l’ouverture n’est qu’un déterminant parmi d’autres de la croissance économique »2. Notre contribution s’inscrit ici dans un registre plus compréhensif qu’explicatif.

Au printemps 1891 le président du Conseil espagnol Antonio Cánovas del Castillo faisait paraître une brochure dans laquelle il expliquait « Comment [il était] devenu protectionniste »3 ; le 31 décembre de cette même année les Cortes votaient une loi relevant les tarifs (arancel) de très←255 | 256→ nombreux produits et portant...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.