Show Less
Restricted access

Photo / Objet / Concept

Pour une lecture élargie de la photographie dans l’art conceptuel

Series:

Edited By Larisa Dryansky and Guillaume Le Gall

Cet ouvrage entend modifier le point de vue sur l’art conceptuel en partant des multiples manières dont des artistes associés au mouvement ont eu recours à la photographie. Cette approche de l’art conceptuel nécessite de prendre de la distance par rapport au modèle anglo-américain en élargissant l’observation à d’autres aires géographiques comme celles du Brésil, de l’Italie, du Japon et de la Pologne. Le choix d’une focale élargie rassemble également des notions a priori étrangères à l’idée de dématérialisation de l’art qui reste attachée à l’historiographie de l’art conceptuel. La triade « Photo / Objet / Concept » insiste sur la dimension matérielle des expressions artistiques étudiées. La notion d’objet constitue en effet une des idées directrices de ce volume. Elle permet d’interroger les caractéristiques matérielles du médium à travers des pratiques spécifiques comme la sculpture, la délégation ou l’exposition. Reconsidérer l’usage et les pratiques de la photographie au sein de l’art conceptuel amène à renouveler la réception d’un moment historique pour comprendre l’importance et la place du médium dans l’art d’aujourd’hui.

Show Summary Details
Restricted access

Erik Verhagen: Faire appel à un autre : un art de la procuration

Faire appel à un autre : un art de la procuration

Extract

Erik Verhagen

Demander à une tierce personne de prendre une photo à votre place fait partie des modes opérationnels imposés par les usages sociaux propres à ce médium depuis que celui-ci s’est démocratisé, au xxe siècle. Qui n’a en effet pas vu ou n’a pas été sollicité par des touristes demandant qu’on leur tire le portrait devant tel ou tel monument, site ou décor, quand bien même ce type de sollicitation a fini par être progressivement marginalisé, l’évolution des smartphones et l’apparition récente d’extendable selfie sticks ayant révolutionné ces derniers temps la pratique et les codes de l’autoportrait photographique. Certes, ce type de prothèses ne date pas d’hier et l’autoportrait photographique a toujours su s’accommoder et s’accompagner de déclencheurs souples ou de télécommandes permettant à l’auteur d’un cliché, de son cliché, d’être simultanément le sujet et l’objet de l’image obtenue. Quand Marcel Duchamp orchestre en janvier 1945 la réalisation des deux versions de son troublant autoportrait dit « à l’âge de 85 ans » (fig. 1) – rappelons qu’il est alors âgé de 57 ans –, l’artiste ne s’est cependant servi d’aucune prothèse qui aurait pu lui donner la paternité absolue de son image mais a fait appel à un photographe professionnel, Percy Rainford, dont l’identité est demeurée pendant longtemps inconnue. Et pour cause : censé être un autoportrait, la divulgation du nom du photographe aurait pu parasiter ou brouiller le message. Aussi n’est-il dès lors pas étonnant...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.