Show Less
Restricted access

Métiers et techniques du cinéma et de l’audiovisuel : sources, terrains, méthodes

Series:

Edited By Hélène Fleckinger, Kira Kitsopanidou and Sébastien Layerle

La « révolution » du numérique, entamée au tournant des années 2000, a entraîné dans un tourbillon de transformations l’ensemble de la filière cinématographique, de la création à la diffusion. L’ampleur des mutations engendrées (disparition d’acteurs des industries techniques, destruction massive d’emplois et de savoir-faire, redéfinition des contours de métiers anciens et apparition de nouveaux) a sensibilisé une partie de la communauté scientifique. Des projets nationaux et internationaux d’envergure ont vu le jour, avec le souci de cartographier les changements et surtout de préserver des connaissances et des compétences menacées de disparition. À l’heure où ces projets de recherche semblent se multiplier, cet ouvrage collectif, tiré d’un colloque universitaire, propose de se concentrer sur des questionnements d’ordre méthodologique : comment aborder les changements intervenus dans la filière cinématographique ? à partir de quelles sources, avec quels outils et selon quelles approches ? quels problèmes méthodologiques la recherche sur les métiers et les techniques du cinéma et de l’audiovisuel soulève-t-elle ? Autant de questions traitées dans ces pages, à partir de contributions d’une jeune génération de chercheurs dont les travaux, parmi les plus novateurs, incarnent aujourd’hui une dynamique significative au sein des études cinématographiques et audiovisuelles. S’il y a urgence à étudier un monde qui semble disparaître et se transformer sous nos yeux, il est tout aussi urgent de s’attarder sur les modalités de la recherche, sur les outils méthodologiques et les sources à disposition.

Show Summary Details
Restricted access

Marie Pruvost-Delaspre: Retrouver la trace du geste : caméra multiplane et profondeur de champ dans les films de la Tôei Dôga

Retrouver la trace du geste : caméra

multiplane et profondeur de champ

dans les films de la Tôei Dôga

Extract

Marie Pruvost-Delaspre

Si les techniques sont omniprésentes dans les discours qui portent sur le cinéma d’animation, bien souvent abordé sous l’angle de la spécificité du médium ou des mystères de sa fabrication, les travaux universitaires cherchant à mettre en perspective ces pratiques ou « arts de faire », pour emprunter l’expression de Michel de Certeau1, dans une approche épistémologique de l’histoire des techniques d’animation, sont plus rares2. Pourtant, la façon de faire un film d’animation s’est profondément modifiée, des essais des pionniers aux nouveaux outils introduits par le numérique, et, de la même façon les gestes, les habitudes de travail des animateurs et des techniciens impliqués dans la production. Un certain travail de documentation a été mis en place concernant les pionniers du dessin animé, dont les « inventions » ont fait l’objet d’études approfondies, qui sont pour certaines mentionnées et intégrées dans la perspective de l’histoire du cinéma – c’est ce que tendent par exemple à prouver les travaux récents d’André Gaudreault et Philippe Marion3. D’autres chercheurs se sont attachés à décrire les processus d’innovation technique à l’œuvre dans les studios Disney, se concentrant souvent sur l’objet par excellence ←237 | 238→du discours sur la technologie4, la multiplane, cet appareil de prise de vues apparenté au banc-titre du dessin animé traditionnel, ainsi nommé car il permet de superposer plusieurs niveaux et créer divers plans dans la profondeur de l’image. Il s’agirait donc d’...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.