Show Less
Restricted access

Enseignements à distance

Des arts savants, le génie d’un métier, l’instruction en valeurs : anthropologies d’une organisation éducative

Olivier Marty

Les enseignements à distance émanent de l’endroit des signes ; ils permettent l’élévation par des messages lointains. D’où viennent ces signes ? Qui les adressent ? Qui sont les enseignants à leur origine ? Comment pensent, travaillent et évaluent ceux qui font l’enseignement à distance ? C’est à ces questions de recherches anthropologiques que répond l’ethnographie que nous livrons ici ; elle a pris place pendant trois années dans une organisation éducative vénérable, grâce à son site dédié à l’enseignement supérieur – dont nous garderons l’anonymat par déontologie.

La professionnalité de la profession de professeur, qui est parole devant audience, laisse alors place à une industrie du signe paradoxale, souvent muette dans les fascicules, parfois loquace sur des enregistrements sonores, voire audiovisuels et numériques. Les arts et les métiers, que nous décrirons par le détail, montrent une pensée gestionnaire à l’œuvre dans cette institution (c’est le lien formation-emploi) ; un génie nouveau, à la fois ingénu, car libre, et ingénieux puisqu’inventif avec des supports modernes, comme la classe virtuelle. Mais nous verrons aussi la permanence des valeurs de l’instruction par l’évaluation qualitative, supérieure à la masse des nombres.

Faisant abstraction des péripéties du quotidien, vous pourrez lire une anthropologie de l’éducation qui est une anthropologie des savoirs, non pas produits, mais de ceux qui les produisent. C’est l’anthropologie d’une organisation éducative, économique par l’agence étudiée dans son labeur, mais aussi épistémique par ses objets, résultats et conditions de possibilités.

Show Summary Details
Restricted access

Préambule : identité du livre

Préambule : identité du livre

Extract

Ce livre fait état d’un terrain de trois années dans une institution d’enseignement à distance (2011–2014). Certains résultats ont été confirmés par une de mes étudiantes qui est revenue sur le même terrain (2015) pour effectuer un terrain et confronter les résultats aux réalités, toujours mouvantes. L’équipe des enseignants étudiés s’est montrée compréhensive et nous les en remercions.

Les chapitres centraux, ouverts par une description générale de l’organisation éducative1 étudiée, montrent le rapport au terrain et la construction du point de vue du chercheur, déterminé par des préparations et un parcours antérieur : le regard n’est pas vierge et j’utilise mes préconceptions. Cet ouvrage s’intéresse donc aux liens entre formation et emploi. Le document décrit la situation d’emploi et comment sont mobilisées les formations dans l’action – et comment elles s’y déforment et s’y affinent dans le temps long. C’est l’usage des connaissances ou encore l’opérationnalisation des savoirs qui est à l’examen.

Après un diplôme d’études approfondies au département de sciences sociales de l’École normale supérieure, avec un mémoire d’ethnographie du travail innovant au Collège de France, je me suis inscrit dans une grande école de commerce dont j’ai décrit les exercices d’apprentissages dans un projet de recherche2. J’acquérais alors une éthique de l’action rénovée par une vague venue d’outre-Atlantique : mercatique, finance, comptabilité, ressources...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.