Show Less
Restricted access

Traces et ratures de la mémoire juive dans le récit contemporain

Series:

Edited By Valentina Litvan and Claire Placial

Ce volume collectif propose une étude comparative sur les traces de la judéité dans la littérature contemporaine. La question initiale est d’explorer en quoi le récit littéraire peut continuer à transmettre une mémoire juive et de quelle mémoire il s’agit. En effet, il interroge la place d’une mémoire juive qui tout en étant historique et collective s’exprime dans les différentes écritures comme étant ancestrale et transmise de multiples façons, notamment à travers l’intertextualité et les livres.

Bien qu’il s’agisse de proposer des lectures de textes littéraires, les approches sont donc interdisciplinaires : on y trouve autant de la sociologie littéraire que de l’histoire littéraire, de la traduction ou encore de la philosophie politique…

Show Summary Details
Restricted access

Le yiddish en traduction : une scénographie de l’enquête mémorielle

Extract



La découverte et la mise au jour d’archives en yiddish sont un topos des enquêtes mémorielles contemporaines menées par les héritiers d’un monde ashkénaze anéanti. Ce topos s’inscrit dans une scénographie, c’est-à-dire, selon l’analyse de discours, une scène construite par le texte, qui implique un ou des énonciateurs, un lieu et un moment dont il prétend surgir. Le livre de Daniel Mendelsohn, Les Disparus, en consacrant un genre, a institué la scène générique sur laquelle s’appuie la scénographie mémorielle. Pourtant, pour des raisons factuelles (entre les membres de la famille Jäger, la correspondance s’échangeait en allemand), le topos de la lettre en yiddish n’y apparaît pas. Or le yiddish, on le sait, n’est pas une donnée ordinaire de l’enquête. C’est une langue qui, suite au génocide de ses locuteurs a pratiquement, elle aussi, disparu. L’archive en yiddish possède de ce fait un statut particulier, et son utilisation requiert des procédures spécifiques. Il faut ainsi, généralement, la traduire, et pour cela solliciter les services de quelques rares spécialistes. Tous ces éléments font partie de la scénographie.

Afin d’étudier ce dispositif et ses implications, nous nous sommes intéressés à trois enquêtes mémorielles francophones : celle de Marianne Rubinstein, C’est maintenant du passé1 ; celle d’Ivan Jablonka, Histoire des grands-parents que je n’ai pas eus2 ; celle...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.