Show Less
Restricted access

Vous avez dit littérature belge francophone?

Le défi de la traduction

Series:

Edited By Catherine Gravet and Katrien Lievois

La littérature belge francophone constitue un vaste corpus de textes, liés à une langue et, si pas à une « nation », du moins à une aire géographico-sociale donnée. À propos de toutes les traductions des œuvres d’auteurs belges francophones et de leurs conditions de production l’on peut s’interroger : quelles œuvres, quels auteurs sont privilégiés et pourquoi, comment les textes sont-ils traduits et pour qui, par quelles maisons d’édition les traductions sont-elles publiées ? Quelle est la réception critique et l’influence de ces traductions sur la littérature dans la culture d’accueil ? Ce volume rassemble les points de vue de seize chercheurs venus d’horizons différents sur ces traductions d’œuvres écrites par des Belges, quels que soient le genre (littéraire mais aussi sexuel), la langue d’arrivée ou l’époque, autant de facteurs qui les conditionnent.

Avec des contributions de : Catherine Gravet, Katrien Lievois, Maria Baïraktary, Thomas Barège, André Bénit, Mireille Brémond, Béatrice Costa, Juan Miguel Dothas, Marie Fortunati, Claudio Grimaldi, Stéphane Hirschi, Irena Kristeva, Rodica Lascu-Pop Sündüz Öztürk-Kasar, Maria Giovanna Petrillo, Thea Rimini, Fanny Sofronidou et Anja van de Pol-Tegge.

Show Summary Details
Restricted access

Un mâle dans la culture italienne : traduire la sensualité du paysage belge: Maria Giovanna Petrillo

MARIA GIOVANNA PETRILLO

Extract

Université de Naples « Parthenope »

Généralement considéré comme celui qui a ouvert l’ère du récit régionaliste en Wallonie1, Camille Lemonnier (1844–1913)2, né à Ixelles du mariage d’un Wallon et d’une Flamande, est l’un des écrivains belges de langue française les plus importants et appréciés de son époque. Peu étudié en Italie3, cet écrivain, dont le « fier et noble caractère4 » était bien connu, est souvent considéré comme un écrivain wallon, même s’il a ←215 | 216→grandi à Bruxelles dans une famille dont le père, médecin, avait étudié à l’Université catholique de Louvain5. Très mal reçu au début par un milieu littéraire bruxellois plutôt conformiste, Lemonnier a dû aussi se défendre des « audaces naturalistes » qu’on lui reprochait6, mais, en même temps, il a pu compter sur le soutien des écrivains de « La Jeune Belgique7 ».

Lemonnier se fait remarquer en France à partir de 1870 pour sa critique picturale, son récit Sedan (réédité en 1881 sous le titre Les Charniers), ses contes régionalistes ou pour enfants et les premières livraisons de La Belgique. Le succès démarre véritablement en 1881 grâce à Un mâle, deuxième best-seller français de l’année. L’Hystérique et Happe-Chair atteignent plus de 5 000 exemplaires. En 1888, après son procès parisien, Lemonnier devient le nouvelliste attitré du Gil Blas. Il passe désormais chaque ann...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.