Show Less
Restricted access

De Kleist à Döblin

Littérature, Histoire, Politique

Series:

Michel Vanoosthuyse

Cet ouvrage réunit des études sur la littérature de langue allemande écrite à l’orée du romantisme jusqu’au XXe siècle. Le but est d’explorer les rapports complexes entre le texte littéraire de fiction et l’Histoire. Quelques études, moins centrées sur la thématique historique, envisagent le travail littéraire dans sa dimension d’identification et d’interrogation du sujet sur lui-même. Mais quelle que soit la thématique, le texte de fiction est ici compris comme un acte, un processus singulier de connaissance. Aucune différence d’approche n’existe dès lors entre des œuvres définies, par exemple, comme des processus compliqués d’affranchissement des idées révolutionnaires françaises et des textes interprétés comme des quêtes de solution aux problèmes personnels posés par la vie.

Show Summary Details
Restricted access

Une écriture de la mémoire : Anton Reiser, de Moritz

Extract

Partons d’un constat simple : le roman Anton Reiser de Karl Philipp Moritz relate plusieurs expériences de remémoration et il est, en même temps, une forme particulière d’écriture de la mémoire. D’où trois questions :

1)L’expérience du souvenir telle qu’elle figure à l’intérieur du roman nous éclaire-t-elle sur la forme spécifique de remémoration que lui-même constitue ? Autrement dit, le texte propose-t-il sa propre programmation ?

2)Si ce n’est pas le cas, quelle est alors la raison de cette écriture ?

3)Comment l’interpréter ?

Attaché à décrire les expériences marquantes du personnage dont il entend retracer « l’histoire intérieure » à des fins pédagogiques d’« avertissement » (« Mahnung »), le narrateur d’Anton Reiser évoque à plusieurs endroits des expériences qui se font écho et qui, elles-mêmes, peuvent rappeler au lecteur moderne des pages célèbres :

Anton se remit à se promener seul le dimanche, et il se fit une fois que, sans s’en rendre compte, il se retrouva justement à la porte de la ville par laquelle, environ un an et demi auparavant, il était entré en venant de Hanovre avec son père. Il ne put se retenir de la franchir et de suivre la large avenue plantée de saules par laquelle il était venu alors. Des sentiments singuliers se déployèrent dans son âme. – Toute sa vie de cette époque […] se dressa soudain dans son souvenir. – C’était comme s’il...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.