Show Less
Restricted access

Reconnaissance et éducation identitaire

Compétences identitaires et gouvernance scolaire

Series:

Nicolas Cuneen

À partir d'une étude critique des théories contemporaines de la reconnaissance, cet ouvrage pose la question suivante : que peut faire l'école pour aider les élèves à devenir responsables du rapport qu’ils entretiennent avec eux-mêmes ?

La réponse vient en deux temps. Si l’élaboration du concept de compétences identitaires offre un abord inédit de la dimension pédagogique liée au développement d’un rapport positif durable à soi, le registre des compétences ne permet pas de décrire adéquatement la composante attentionnelle du travail identitaire. Ainsi, dans un deuxième mouvement, l’enquête se redirige vers l’étude des conditions institutionnelles à même de soutenir une forme d’attention collective propice au développement continu de tous.

La thèse défendue est qu’un « tournant identitaire » de l’éducation doit commencer par se soucier du bien-être des enseignants en réinvestissant dans leur statut professionnel, rétablissant tant leur autonomie attentionnelle que leur autorité légitime, afin de protéger leur propre désir d’apprendre.

Show Summary Details
Restricted access

Chapitre 13 Rapport à soi et justice climatique

Extract

Le moment où tous seront équipés à participer dans l’élaboration d’une utopie pédagogique est encore lointain. Cependant, ce futur possible ne dépend pas que d’une politique éducative, il dépend également de la protection de notre climat, notre socle existentiel le plus basique. Même si le changement climatique affecte les populations pauvres de manière disproportionnée, le climat demeure l’intérêt commun par excellence de l’humanité. Nous devons drastiquement changer notre mode de vie afin de mettre fin à la destruction de notre habitat commun. Si, dans le long terme, une éducation qui prend comme objet premier le rapport à soi est la seule voie durable, en ce moment il faut agir sur tous les leviers possibles pour freiner la marche vers l’autodestruction.

Dans ce dernier chapitre, nous ouvrons deux pistes pour penser l’articulation entre cette action nécessaire à la survie de l’espèce et les enjeux identitaires que nous avons développés tout au long de notre étude. La première piste revient au rapport éthique par lequel on peut s’autolimiter en fonction d’intérêts qui dépassent les siens, tout en devenant les siens. La deuxième s’intéresse à la dimension politique que les théoriciens de la reconnaissance abordent par le biais des mouvements sociaux et du langage revendicateur. Il nous semble, en effet, que la prise de responsabilité à même de surmonter cette menace existentielle doit se faire à la fois sur les plans individuel et collectif.

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.